Entre Gwent et Love Letter

sur Oriflamme
7,4
Oriflamme fusionne de façon stimulante des idées qui pourraient provenir du Gwent et de Love Letter pour un jeu simple, résolument agressif, ne proposant que dix types de cartes différentes et se jouant en six tours, durant lesquels on n’en pose qu’une. L’importance de bien les positionner, l’hésitation sur l’intérêt de les révéler ou de les maintenir face cachée, l’incertitude naissant de l’ignorance de ce que les autres ont dans leur main (on retire chacun trois cartes de son jeu secrètement en début de partie) ou dans la file, créent cependant une profondeur inattendue et une tension assez passionnante.

En plus de simuler parfaitement le thème bien sûr, les cruels complots qui se trament dans l’ombre pour accéder au pouvoir, dans un jeu d’ombres avec une grande part de chaos, dont il est cependant possible de délimiter progressivement les contours et de tirer profit, tandis que l’on renonce à avoir toutes les cartes en main.

L'intégralité de la critique est lisible sur VonGuru : https://vonguru.fr/2020/01/15/oriflamme-le-jeu-de-cartes-entre-gwent-et-love-letter/

Commentaires

Default