Dominant species
Ce jeu est sorti le 12 sept. 2014, et a été ajouté en base le 21 déc. 2011 par Monsieur Phal

édition 2014
Par Chad Jensen
Illustré par Rodger B. MacGowan, Chad Jensen et Eric Williams
Édité par GMT GAMES et Filosofia
Distribué par Asmodee

Standalone 2 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Du pur caviar ludique

Je suis littéralement tombé amoureux de Dominant Species.
Mais amoureux-moureux !
La dernière fois que je me suis pris une TELLE claque ludique, c'était à la sortie de Caylus, ça situe un peu les choses !

Précisons un peu les choses : Plus qu'un jeu de conquête de territoires, DS est surtout un jeu de survie, et ça c'est une nuance qu'il convient de bien avoir en tête en début de partie. Sinon, je ne suis pas fan des jeux de kubenbois quand je sens que le thème est juste "plaqué" sur une mécanique froide, et calculatoire. Donc les Dominion, et Terra Mystica me laissent plutôt de marbre.
J'ai besoin qu'un jeu me vende un peu de rêve.
Que j'y croie.
Et ô bonheur, on sent immédiatement que Chad Jensen s'est appuyé sur le thème emblématique de l'évolution des espèces, pour tirer une une mécanique hybride, calculatoire, conflictuelle, entre pose d'ouvriers et conquête de territoires. Et l'alchimie est juste magique. Magique, je vous dis !

Alors, je sais, les esprits chagrins s'appesantiront sur les cartes souvent puissantes du jeu qui parsèment chaque manche, et bousculent les équilibres du jeu avec les kubenbois. Mais je parie que ces détracteurs sont pour la plupart, des joueurs hyper-calculatoires qui veulent absolument tout contrôler sur un plateau de jeu, et qui supportent mal de subir des meta-évènements qui vont mettre à mal leurs plans de survie et conquête.
Or, comme je l'ai dit, ici est le thème est TRES fort : Autant un Animal peut contrôler sa reproduction, migration, compétition avec les autres Animaux, autant les espèces animales, dans l'Histoire de la Terre, sont aussi la proie de maladie, catastrophes, et autres joyeusetés planétaires (une bonne moitié des cartes ont aussi un effet positif dans le jeu, précisons-le).
Or, ces cartes évènements (5 par tour) sont du chaos/bonus que l'on peut +/- contrôler, car elles sont parfaitement visibles au début de chaque manche. Et les joueurs vont se battre pour "conquérir" ces cartes et les appliquer à eux-mêmes ou autres joueurs.
A chacun ensuite de d'anticiper ce qui va arriver, que l'on peut donc résumer par "s'adapter ou mourir", d'autant plus que dans une manche, il n'y a pas d'informations cachées dans DS (uniquement pour les manches suivantes).
Quand à longueur du jeu, oui il faut compter 4h-4h30 pour une partie pleine, entière, dense, mais moi je ne vois pas le temps passer sur ce type de jeu (et je ne suis pas le seul). Il existe des variantes officielles (voir BGG) pour raccourcir le temps de jeu, mais avec DS, une fois la partie achevée, j'ai l'impression d'être sorti +/- indemne d'une grande épopée naturelle avec une début, un milieu et une vraie fin, totalement identifié à l'Animal que j'ai joué (Mammifères, Reptiles, Insectes etc.)
Repu et heureux.
Dieu, que c'est bon des jeux comme ça !

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default