Du laiton qui vaut son pesant d'or

9,5

Brass c'est un peu le premier de la classe, le bon élève fort en histoire, fort en thème et fort en maths. L'histoire c'est ici la révolution industrielle dans le comté du Lancashire, abordée sous l'angle de la mécanisation de l'industrie du coton. Le thème est joliment traduit ludiquement, d'une part par le développement très logique de son circuit de production (extraire du charbon pour les machines à vapeur, fabriquer des outils, étendre le réseau de transport pour acheminer ceux-ci vers les filatures, produire du coton et exporter la production) et d'autre part par le progrès technique (à l'instar d'Amun-Re de Knizia le jeu se déroule en deux temps : la phase des canaux qui repose sur le transport fluvial puis la phase du rail avec le développement ferroviaire - les bâtiments suffisamment avancés sont conservés d'une phase sur l'autre mais il faut redéployer un réseau de transport ad hoc ; par ailleurs chaque bâtiment construit débloque une version plus avancée et efficace de celui-ci, une action spécifique permettant de défausser des bâtiments non encore bâtis pour accéder directement à leurs versions améliorées). Les mathématiques c'est pour l'aspect calculatoire particulièrement redoutable du jeu car il repose sur une logique de flux (il faut veiller à réunir tous les éléments du circuit pour rendre celui-ci opérationnel sans quoi les actions et ressources seront dépensées en pure perte) et sur l'interdépendance des circuits des joueurs. L'idée géniale c'est d'abord que les voies de transport et les ressources servent indifféremment à tous les joueurs. C'est ensuite le fait qu'un bâtiment rapporte des points de victoire au joueur qui l'a bâti quand il est activé, c'est-à-dire quand une condition spécifique est remplie (par exemple pour une filature c'est d'exporter sa production, pour un port c'est de permettre une exportation, pour une mine ou une usine c'est d'épuiser sa production, etc.). En utilisant le bâtiment du voisin on gagne du temps (en n'ayant pas à le bâtir soi-même) mais on risque également de l'activer et donc de donner des points de victoire à celui-ci. Un système équivalent permet de récompenser les joueurs pour leur contribution (utile) au réseau de transport. Brass est un jeu exceptionnel en ce qu'il demande de peser le bénéfice de chaque action (actions qui ne sont pas si nombreuses que ça sur la longueur d'une partie), de développer avec parcimonie et intelligence son circuit de production et tantôt de savoir exploiter les ressources disponibles, tantôt de savoir construire des bâtiments qui seront utiles aux autres joueurs. Un très grand jeu.

Commentaires

Default