Du haut de la tour, 49 cubes nous contemplent !

10,0

Comme tout nouveau jeu, sorti du cerveau très productif de Stefan Feld, Amerigo représentait une de mes principales attentes d'après Essen.

Après les dés de Bora Bora et des châteaux de Bourgogne, la roue à cubes de Macao, l'awalé de Trajan, voici la tour à cubes d'action... Où s'arrêtera t'il ? Bien sur, on pourra toujours se poser la question : l'auteur a t'il souhaité réaliser un jeu avec cette tour, ou bien l'éditeur avait-il un stock restant des tours de Shogun ? Dans le second cas, il paraissait évident de s'adresser à Stefan Feld dont l'imagination dans ce domaine n'est plus à démontrer.

Quoiqu'il en soit, il s'agit encore d'une superbe réussite. Le plateau de jeu modulable renouvelle les parties : 16 tuiles pouvant être placées à 16 emplacements différents et sur 4 côtés possibles. Après 2 ou 3 parties, on voit la multiplicité des stratégies : plutôt beaucoup de petites iles, se concentrer sur les grandes. Beaucoup de comptoirs sur une grande ile vont vous faire obtenir un beau score, lucratif mais risqué, car un adversaire peut bloquer un accès qui empêchera de terminer les constructions. Les ressources mixées aux productions peuvent apporter une belle source de points de victoire.

Certains pourront maudire la chance par rapport aux cubes issus de la tour et aux actions proposées, mais les cubes disponibles sont les mêmes pour tout le monde. Cet aléa (jeu de mot involontaire vis à vis de l'auteur) apportera une dose de hasard maitrisé, mais qui obligera chacun à d'éventuels réajustements sur la stratégie immédiate. Les pirates apportent également une variation dans la manière d'aborder son tour et ses choix d'actions. En effet, si les 0 et 1 sortent en début de partie, on aura tendance à délaisser l'acquisition de canons ; perdre 1 ou 2 points reste assez anodin dans les premiers tours. Par contre, des pirates à 3 ou 4 nous inciteront à se munir des canons nécessaires : les pirates ne font pas gagner de points de victoire, mais les canons évitent d'en perdre.

Pour résumer, il s'agit pour moi d'un des meilleurs de Feld, certains décomptes de points (comptoirs) ne sont pas sans rappeler les châteaux de Bourgogne. Le matériel est de très belle qualité. Les tuiles d'iles auraient peut-être mérité des couleurs un peu plus vives. Avec Amerigo, les pousseurs de kukenbois ont encore de quoi se régaler !

Commentaires

Default