Ce jeu est sorti le 11 mai 2007, et a été ajouté en base le 25 sept. 2006 par Guyomar

édition 2007
Par Wolfgang Kramer et Richard Ulrich
Illustré par Eckhardt Freytag et Arnaud Demaegd
Édité par Ystari Games, Quined Games, Pro Ludo et Nexus
Distribué par Millennium

Standalone 2 éditions

Du grand art !

Wolfang Kramer est un auteur de génie. Après les pointures indéniables que sont Tikal ou El Grande, il nous offre Princes de Florence, un jeu admirablement abouti.
Les illustrations des cartes sont magnifiques et le reste du matériel est à l’avenant (tuiles et mini plateaux fonctionnels et agréables à l’œil). Les règles sont très détaillées et clairement présentées. Les symboles présents sur les cartes et les plateaux facilitent l’apprentissage et permettent une immersion rapide dans la partie. Le thème est plaisant et finalement assez bien reproduit. Le seul reproche concerne le rangement du matériel dans la boîte qui est carrément inadapté. Le thermoformage à l’intérieur occupe trop de volume empêchant le bon agencement des nombreuses petites pièces du jeu. Inacceptable mais ce détail sera la seule fausse note de cet œuvre admirable que sont les Princes de Florence…

Princes de Florence est un excellent jeu d’enchère très tendu et parfaitement fluide. De nombreux choix cornéliens sont proposés aux joueurs tout le long de la partie. La durée d’une partie est très variable selon le nombre de joueurs mais restera toujours raisonnable. Le jeu tourne bien dans toutes les configurations.
La difficulté est dans la bonne estimation de la valeur des différents « items » mis aux enchères dans la première phase. Cet apprentissage accompli au bout de 2 ou 3 parties, le jeu prend alors toute sa plénitude et on découvre un potentiel tactique énorme. Les possibilités de marquer des points de prestige sont multiples et parfaitement imbriqués les uns dans les autres. Les choix des adversaires influent également sur la façon d’appréhender les différentes phases du jeu. La possibilité d’échanger, au moment de la réalisation des œuvres, des florins contre des points de prestige renforce cette impression de totale liberté. Points de victoire ou florins il faut choisir ! Ou plutôt il est primordial de bien estimer ses besoins en liquidité pour ne pas être à cours lors de la phase d’enchère. A ce titre la règle précise que l’argent reste caché mais point de paravent pour cela !(Pour ma part je dépose les florins dans des petites coupelles qui les mettent à l’abri des regards).
Le jeu mêle habilement plusieurs mécanismes placement, enchères, gestion mais reste très accessible pour tous les publics. Le nombre de tours semblent même trop limité et on se prend à regretter que la partie finisse aussi vite.
L’extension Muse et Princesses remédie avec élégance à cette frustration en rajoutant une phase supplémentaire d’enchère qui allonge sensiblement la durée de la partie et prolonge le plaisir…

Un jeu incontestablement réussi !

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default