Twilight Struggle
Ce jeu est sorti le 25 janv. 2006, et a été ajouté en base le 25 janv. 2006 par Guyomar

édition 2005
Par Ananda Gupta et Jason Matthews
Illustré par Mark Simonitch
Édité par GMT GAMES et Udo Grebe Gamedesign

Standalone
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Du Crépuscule à l'Aurore

A l'heure où j'écris ces lignes, Twilight Struggle est numéro 3 sur BGG... Juste derrière Puerto Rico et Funkenschlag et devant Tigre & Euphrate ! Devant un tel tour de force, je n'ai pas résisté et ai passé commande.
Quand on voit le matériel, on prend un peu peur: on est légèrement au dessus des standards du marché du wargame mais très en dessous de ce à quoi peut s'attendre un joueur d'Eurogame. Le plateau est en carton mince et, chose plus grave, a bien du mal à être mis à plat. Le matériel est un peu triste (pions en cartons, à plat de couleur) et il n'y a guère que l'épaisseur des cartes plastifiées qui soit une bonne surprise.
La lecture des règles nous éloignent un peu des wargames: 8 pages avec des concepts relativement clairs (bien qu'il y ait quelques exceptions): des cartes à événements / points d'opérations. Si les cartes sont de sa couleur, on choisit entre événement et opération. Si ce sont des cartes de la couleur adverse, l'adversaire résout l'événement à son avantage et l'on profite des points d'opérations. A l'usage, les aides de jeu s'avèrent très pratiques et il n'y a guère que quelques cartes qui semblent un peu obscures à l'usage (Quagmire/Bear Trap, Grain Sales).
Twilight Struggle ressemble à un doux mélange entre El Grande, Roma et... La Guerre de l'Anneau (exemple de card-driven wargame... destiné aux noms wargameurs). Du premier, il reprend les principes de majorité. On sent bien qu'il faut poser du point pour être dans une position solide et que le jeu se construit dans le temps. Du second vient l'effet de balancier / pendule. Une partie de Twilight Struggle me fait penser à un bras de fer: on fait plier, plier son adversaire et puis il y a parfois un sursaut et les bras font parfois le chemin inverse une ou plusieurs fois avant que le vainqueur n'apparaisse. Ici, on retrouve cette incertitude et le fait que l'on puisse manger son pain blanc à un moment donné de la partie et qu'il faille en profiter pour tenter de "donner le coup de grâce", les derniers mètres étant les plus rudes à parcourir.
Enfin, Twilight Struggle est "card-driven": les cartes donnent le ton et il faut savoir à quoi s'attendre pour mener les bons choix... Comme les romans peuvent donner une orientation au joueur de la Guerre de l'Anneau, une bonne connaissance de la géopolitique de ces 50 dernières années peut aider à faire les bons choix. Ceci étant dit, la connaissance des cartes (par la pratique ou l'apprentissage) est clé pour atteindre la victoire. Et c'est peut-être là que les choses s'envenimment... Une partie de Twilight Struggle, c'est long ! Jusqu'ici plus proche de 5h que de 3h. C'est beaucoup et il est difficile de rester concentré pendant toute cette période. Le jeu me rappelle un peu Caylus avec toutefois le bémol d'une part de chance qui rend le jeu un brin moins étouffant. Avec une telle durée, espérer en enchaîner plusieurs parties demande une forte motivation... Pour progresser, il faudra donc du courage et de la volonté !
J'avoue que c'est un peu moins ma tasse de thè qu'un jeu de 1h30-2h en moyenne où la briéveté des parties permet de s'améliorer rapidement au fil des sessions et j'aurais, en outre, apprécié une finition plus européenne (des petits cubes à la place des jetons, un plateau moins soviétique, des cartes moins tristes). Néanmoins, pour 2 joueurs décidés, Twilight Struggle propose un face à face tendu où, malgré les nombreux jets de dés, on a la sensation d'avoir la main sur les événements. Les parties se renouvellent bien et l'équilibre des "décomptes" qui rythment le jeu est très bien pensé. Le jeu est plaisant donc mais j'avoue déchanter un peu face aux louanges sur mes premières parties... La durée de jeu est un facteur important pour moi et je l'ai un peu sous-estimé lors de cet achat... A voir après quelques parties de plus...

[Edit] Je viens de refaire 2 tours de jeu ce soir et il faut reconnaître qu'il y a un côté assez addictif à la planification et à l'anticipation des coups de ses adversaires !

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default