Ce jeu est sorti le 10 juin 2011, et a été ajouté en base le 23 mars 2011 par Mistersims

édition 2011
Par Philippe Keyaerts
Illustré par Arnaud Demaegd
Édité par Ystari Games
Distribué par Millennium

Standalone 1 extension
Illustration haut boutique Tric Trac
36,00€ 39,95€
 Rajouter au panier
Frais de port ajustés en fonction du montant total et/ou de votre abonnement.

Diversement (mais toujours) apprécié.

Olympos est accessible et profond. C'est là déjà une prouesse qui rend compte à elle seule de l'excellence ludique qu'il constitue. En tant que tel, il rejoint donc la catégorie restreinte de ces jeux qui s'adressent à des joueurs pressés mais désireux de complexité.
La mécanique propre à l'échelle de temps ne promeut aucune stratégie en particulier : elle encourage néanmoins à optimiser ses actions en ne déviant pas de sa ligne stratégique initiale. On ne prendra pas de réduction sur les déplacements maritimes si l'on ne compte pas fréquemment faire un tour en mer.
Le principe laisse donc très (trop?) peu de place à l'imprévu et à l'improvisation, en favorisant les esprits rigoureux et calculatoires. L'effet le plus pervers d'un "mauvais jeu" (entendez, un jeu trop gourmand en nombre de temps)sera donc, plus encore que d'être pénalisé sur le décompte final des points "prestige", la sanction de l'attente, qui peut être longue lorsqu'un bon joueur (c'est-à-dire, calculateur), doit effectuer plusieurs tours et considérer chaque fois l'action qui lui permettra d'atteindre un optimum de points.
Au vu du nombre conséquent de tuiles "découverte", chacune ayant un effet propre, les orientations stratégiques sont rendues multiples. Par ailleurs, la configuration du plateau central, à géométrie variable, fonction de la répartition des territoires condamnés, participe à renouveler l'intérêt en incitant les joueurs habitués à diversifier leur jeu. On discerne ici la profondeur d'Olympos.
S'il est extrêmement calculatoire, il réussit toutefois le tour de force de rassembler les esprits : ceux qui perdent souvent réitèrent pour tenter d'améliorer leurs scores précédents (et souvent y parviennent), en explorant de nouvelles voies, et généralement en se montrant plus économes et plus parcimonieux. Quant aux doués, le challenge mathématique indéniable et renouvelé suffit à maintenir leur intérêt.

Justement, Olympos pêche parfois par son aspect individualiste : il insiste par trop sur les parcours parallèles aux dépens de l'interaction entre les joueurs. Qu'y a-t-il pour agir sur les autres? Le système de combat? Il s'associe généralement à une course au nombre d'épées. La compétition pour l'achat des tuiles "découverte" ou des merveilles? Peut-être, pourtant, la plupart préféreront acheter la découverte ou la merveille qui leur sera directement utile, plutôt que de tenter (opération quelquefois autrement plus avantageuse) d'endiguer l'avancement d'un autre joueur en achetant celle qui aurait pu lui être utile.
C'est sans doute une dernière subtilité d'Olympos.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default