Sid Meier's Civilization : The Boardgame
Par Glenn Drover
Illustré par Paul Niemeyer
Édité par Eagle Games
2 à 6
Joueurs
12 ans et +
Âge
180 min
Temps de partie
70,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Acheter chez CulturaBouton pour acheter sur Boutique Ludique

Des figurines en voulez-vous en voilà

4,0

Type de jeu : Lourd(ingue)
Nombre de parties jouées : 2

Avis compendieux : Je n’ai pas vraiment assez de parties pour pouvoir le juger, mais ce jeu me semble souffrir de quelques défauts majeurs. Sa longueur (qui n’est pas a priori un défaut pour moi) vient de ce que les joueurs peuvent se neutraliser (ça c’est un défaut il me semble). J’ai l’impression que tout se joue à l’ère antique, ce qui est gênant quand il y a trois autres ères, et que surtout tout ce joue d’après ce que découvrent les colons : une peste ou une ressource en gemmes au premier tour, ça change tout. Mais je peux me tromper. Autre aspect, il est fastidieux de compter ses ressources à chaque tour.

Clarté des règles (3) : Traduction mal faite (il y a des mots en néerlandais qui traînent par-ci par-là), erreur sur les cartes, pas forcément toujours très claires. Quelques besoins de FAQ. Mais on s’en sort finalement assez bien, et elles sont assez simples et relativement rapides à expliquer (compter une bonne demi-heure pour être complet quand même).

Qualité du matériel (5) : Les figurines, ma foi, c’est toujours joli, le plateau, un peu chargé sur les bords peut-être mais il en impose. Outre les erreurs sur les cartes déjà signalées, tout va bien, l’ensemble est finalement pléthorique et imposant. Et finalement presque trop : pour jouer, il faut une grande table pour poser le graaaaand plateau, et aussi toutes les cartes qu’on ramasse en cours de partie autour du susdit plateau. Pourquoi j’ai écrit grand avec cinq a, moi ? Faut-il croire que je deviens jneune. Ah, et puis, je ne sais toujours pas pourquoi il y a autant de cartes d’améliorations.

Reflet du thème (5) : Ah ben on s’y croit les enfants. La seule chose étrange est le fait qu’on puisse acquérir des technologies grâce à celles qui ont été acquises par les autres joueurs. Mais en fait, quand on y pense, ce n’est pas si étrange. C’est peut-être parce que Pythagore a inventé le thé au rhum (dixit un certain monsieur D.) que les Arabes ont inventé le 0.

Avis comportant ratiocinations et autres superfétations : L’ère antique peut être très longue s’il y a une course à l’armement : c’est le moment d’essayer de prendre les ressources de l’adversaire, on s’arme, alors lui en fait autant, personne ne peut du coup acheter des technologies (sauf si quelqu’un est planqué à l’autre bout de la carte), et tant qu’un point de rupture n’a pas été atteint, on ne se sort pas de ce bourbier. Quand il est atteint, et bien, certains joueurs ont la majorité des ressources, les autres sont exsangues et auront du mal à se relever. Bref, je ne vois pas trop comment on peut se sortir de cette impasse, sauf si les marqueurs de terrains sont bien répartis au départ. Mais je peux complètement me tromper.
Je crois effectivement que j’aurai du mal à trouver des gens pour y jouer, ce qui est dommage tout de même.

Commentaires

Default