Des bateaux, l'italie, mais pas de naufrage

9,3

Dans concordia, vous incarnez des commerçants qui souhaitent développer leur empire. Vous êtes selon le nombre de joueurs amener à jouer sur la carte de l'italie ou sur la carte de la méditerranée.

1. le matériel et la mise en place

En ouvrant votre "jolie" boite de concordia, vous découvrirez un plateau double face joliment illustré, des meeples de couleur, des plateaux individuels en carton léger, et des ressources en bois représentant blé, brique, tissu, fer, vin. et enfin des cartes. J'ai mis 'jolie' en guillements car l'illustration de la boite est vraiment pas terrible, le bordeaux de la VF est encore pire.

La mise en place des tuiles de production/besoin de chaque ville est placé aléatoirement, assurant un renouveau des parties et limitant les départs scriptés, même si certaines cartes sont totalement inutile au départ.

2. La mécanique et l'interaction

Le jeu est basé sur des cartes, chaque tour on active une carte et on applique sont effet. On ne peut faire plus simple. les effets varient et tout le monde part avec le même set.

Vous pourrez donc déplacer des colons ( bateaux et colons ) sur les voies ( maritimes ou terrestres ) adéquate et construire pour étendre votre empire. le système de placement est assez astucieux et permet de rendre les places intéressantes de plus en plus cher au fur et à mesure que les joueurs s'installent. Vous pourrez également acheter des cartes ( les cartes non achetées deviendront moins cher au fur et à mesure que les joueurs achètent). Ces deux actions permettront de déclencher la fin de jeu. Vous pourrez également acheter des colons, les placer, produire des ressources, récuperer de l'argent, et récupérer vos cartes.

Il y a peu d'interaction dans ce jeu, un peu sur le plateau en faisant grimper le prix d'installation dans les villes, et c'est à peu prêt tout. Si vous recherchez des jeux à forte interaction clairement il ne faut pas acheter concordia. Si vous recherchez un jeu de dévelloppement sans agressivité concordia est la cible.

3. Le scoring et la fin de jeu

La fin de jeu se fera quand vous aurez acheté la dernière carte ou quand un joueur aura construit sa dernière maison ( colonie ). On passera alors au décompte final. Chaque carte comporte une divinité en bas, ces divinité serviront de coefficient multiplicateur d'un domaine de score en fin de partie. on peut scorer sur l'argent ( très peu ), les ville de production,les régions installés, la diversité des ressources et aussi le nombre de colons ( homme et bateau ) sur le plateau.

Le scoring final est un peu le point noir du jeu dans le sens où on calcul difficilement son score et celui de ses adversaires. Même si au fur et à mesure des parties cela devient plus accessible.

4. l'envie de rejouer

Je n'ai fais que 4 parties de concordia, et franchement c'est dommage. je souhaite vraiment y jouer plus. Ce n'est pas le meilleur jeu de MacGerdts mais il reste sur une bonne lancée. Il est sans agressivité et les parties souvent renouvelées ( au moins les 4 fois où j'ai joué :D )

5. difficulté

Le jeu est relativement facile d'accès, dès lors que l'on a joué au jeux modernes. On le présentera pas comme un gateway ( jeu comme les aventuriers du rails, pour les nouveaux venu ) mais il reste très accessible. Les difficultés dans les premières parties sont le scoring et prendre les bonnes cartes pour le scoring en fin de partie.

J'ai beaucoup aimé Concordia

Commentaires

Default