"Nan mais y'a des trucs super : la posologie par exemple, c'est ultra précis !"

4,0
Malgré l'enthousiasme de Merlin, Clinic aura achevé les patients que nous sommes après quelques parties. Pourtant, sa boîte et son thème continuellement présent dans les mécaniques nous ont beaucoup plus. L'humour omniprésent, permettant parfois de justifier quelques écarts au thème, est le bienvenu.

En revanche, d'autres aspects viennent ternir le tableau, au point d'annihiler le plaisir de jeu. Tout d'abord, la mise en place TRES fastidieuse, couplée à l'absence de rangement interne, a réussi le prodige de rendre désagréable le "dépunchage" du jeu, alors même que j'y prends habituellement grand plaisir.

Au-delà de cette première mauvaise impression, la profusion de règles, en particulier lorsque l'on intègre quelques modules complémentaires à la partie, amène immanquablement des erreurs en jeu... dont on se rend compte - ou pas - plus ou moins tardivement. Par exemple lors de notre dernière partie à 2 joueurs intégrant 3 modules (hospices, antennes TV et ambulances), et malgré notre expérience non négligeable sur ce type de jeux, ma partenaire et moi sommes persuadés de ne pas avoir réussi à réaliser un seul de nos 5 tours de jeux sans faire d'erreur.

En lien avec ce dernier point, les étapes "d'entretien de fin de tour" (business & administration) sont franchement lourdes, malgré l'iconographie de qualité, et génératrices d'erreur là aussi.

Enfin, écueil rarement vu dans des jeux récents, Clinic ne prévoit aucune issue de secours pour un joueur qui n'aurait pas prévu / réussi ses pré-admissions lors du premier tour. Concrètement, sans patient, un joueur peut se retrouver condamné à ne plus pouvoir jouer du tout... Sans argent, pas de construction ni de recrutement. Ne restent alors que les admissions, mais dans une clinique vide. Bref, un cercle vicieux aberrant qui aurait mérité d'être prévu plutôt que de laisser les joueurs y trouver un palliatif par eux-mêmes.

Au final, notre 3ème et dernière partie (évoquée 3 paragraphes plus haut) a définitivement fait pencher la balance vers l'overdose, alors que nous ne demandions qu'à contracter une addiction pour les sirènes de Clinic.

Commentaires

Default