De l'or, de la bière et des nanas !

Dois-je avouer que fit parti de ceux qui ont insisté à l’époque pour que Descartes publie une édition française de ce superbe jeu ? Je ne crois pas qu’ils m’en aient gardé rancune, mais le résultat commercial ne fut pas à la hauteur des espérances.
C’est à mon avis le jeu le plus réussi graphiquement de tous les jeux de cartes à collectionner. Il faut dire que les illustrateurs font partis des plus grandes pointures de l’illustration de fantasy américaine.

C’est d’ailleurs là que le bas a blessé ! FPG, l’éditeur américain, a décidé de concevoir ce jeu au début de la grande folie de la mode des Jeux de Cartes à Collectionner. Travaillant avec les meilleurs illustrateurs du moment, ils avaient un fond d'images très riche et de grande qualité.
Les règles du jeu sont venues ensuite.

Ces règles, il faut bien le dire, ne sont pas exceptionnelles. Guardians est en fait un mini Jeu de Guerre assez aléatoire, un Zoon en plus complexe.
Les parties sont assez longues et le jeu manque surtout de vivacité et de fluidité.

L’univers hétéroclite que l’on parcourt au gré des cartes reste néanmoins une merveille de second degré. C’est aussi ce qui a pu perturber les plus sérieux des amateurs de Fantasy traditionnelle.
Si l’on y retrouve les barbares musclés et les femmes girondes dénudées habituelles, on peut aussi y trouver des pingouins et des grands-mères géantes, des cochons généraux volants et des jeux de mots intraduisibles parfois dans la langue de Molière.
Autant vous dire que malgré un succès d’estime, le jeu n’a pas suffisamment rencontré son public. L’humour décalé rendant perplexe les joueurs en quête d’imaginaire épique.

C’est pourtant ce petit coté Lewis Caroll qui m’avait attiré, et je dois encore avouer que je parcours ma collection de carte régulièrement pour le plaisir des yeux plus que pour celui du jeu.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default