Dans « M’ame Sophie », on entend M, comme dans « je vous M »

10,0

Parties jouées : deux avec ces cartes là, une bonne trentaine avec le jeu de base ou l’intrigue ou les deux.

Matériel : exactement dans la lignée du jeu de base, 10 cartes de chaque plus la carte à dos bleu.

Avis ("C'est mon opinion et je la partage") : Le Délégué : ma foi, une carte que j’ai utilisé aux deux parties où je l’ai eu, et où j’ai gagné mais ça n’a peut-être rien à voir. Si on a une stratégie avec pas mal de pièces, l’adversaire peut toujours en virer une, il en reste forcément d’autres. Donc une carte intéressante au moins dans ce cas là.
Le Marché Noir : le système est simple. On sort le paquet de cartes à dos bleu qu’on utilise en début de partie pour choisir au hasard les 10 cartes. Quand on sort le Marché Noir, on tire deux cartes du paquet : si ce sont des cartes déjà en jeu, on les remet dessous et on tire jusqu’à ce qu’on ait deux cartes pas en jeu. Une fois la carte choisie, on va la chercher dans la boîte.
Quant à son utilité, la carte est marrante mais je l’ai peu utilisée car quand je l’avais, je n’avais pas assez d’argent pour acheter la carte qui sortait (à moins de sortir une carte qui vaille deux pièces) et assurer derrière un tour d’achat intelligent. Une carte amusante mais pas forcément très efficace.
Dans cette affaire, je voudrais surtout souligner le beau geste de l’éditeur Filosofia qui a mis ces deux cartes gratuites sur le marché. Après, c’est vrai, il y en avait peu, il fallait être au taquet chez son revendeur, ne pas tomber sur un malhonnête qui en faisait un business ou qui se les gardait pour ses copains. Mais 22 cartes de cette qualité gratuites, eh bien, je trouve ça chouette d’autant que l’éditeur aurait pu faire autrement : les mettre avec la prochaine boîte, les rentabiliser d’une autre façon… Là, non, ils l’ont fait comme ça et j’espère que ça leur a fait un peu de pub positive, pas que des grognons qui trouvaient encore une fois que les éditeurs nous prennent pour des vaches à lait (mais que ça ne dérange pas d’aller faire leurs courses en grande surface). On a de la chance, en francophonie, avec des éditeurs comme Filosofia, Matagot, Ystari… Des gens sérieux qui éditent des jeux avant tout parce qu’ils aiment ça, pas parce que c’est un créneau porteur.
Bref, un beau geste de Filosofia pour deux cartes sympathiques qui complètent un jeu intéressant. Que du bonheur (et un bisou à M’ame Sophie tout Court, tiens, en plus, une femme qui a de la classe et qui inspire le respect).
4/5 pour les cartes et le jeu, mais 5/5 pour le geste.

Commentaires

Default