Dans la tête du tueur...

En voilà un jeu qui aura fait couler de l'encre avant de faire couler le sang !... Sorti d'abord en italien, annoncé en français, encensé, attendu, repoussé, rebaptisé, re-repoussé, on y croyait finalement presque plus !... Et enfin, trois ans plus tard, le voilà, en français et avec un titre finalement fidèle à l'original !

Un jeu sur Jack l'éventreur est en général grandement attendu au coin de la rue car c'est un thème cher aux boardgamers de tout poil et ça se comprend ! L'ambiance victorienne, l'esprit de déduction lié au thème et le mystère intrinsèque au personnage font que notre fibre ludique s'en trouve forcément touchée ! Personnellement j'avais été assez déçu par London 1888 qui souffre, à mon avis, d'un problème de rapport espace/temps handicapant et d'un manque de tension sur les trois premiers quarts du jeu...

Dans Les Lettres de Whitechapel on délaisse totalement l'enquête de longue haleine autour de l'identité du tueur pour se centrer uniquement sur sa traque physique dans les ruelles à l'heure des crimes. En gros on se retrouve avec un jeu qui doit beaucoup à "Scotland Yard", trésor ludique des années 80 et précurseur en la matière. Le principe de jeu est donc excellent puisqu'il a déjà fait ses preuves (à noter que Scotland Yard est encore édité aujourd'hui et n'a pas pris une ride à mon humble avis !). On nous propose donc une chasse à l'homme (les déplacements de Jack étant invisibles sur le plateau) tendue des deux côtés de la table tant pour Jack que pour les enquêteurs, et , comble du copié/collé, toujours à Londres bien évidemment (comme pour SY !). Mais Whitechapel se démarque heureusement de son aîné car il va plus loin : Les indices sur les déplacement de Jack ne sont ici pas directement visibles, il faut les chercher. Et pour les chercher il faut se trouver au bon endroit ! Si possible près de la scène de crime ou sur le chemin du tueur... Qui plus est, Jack dispose ici de bonus de déplacement comme le "fiacre" qui permet de bouger plus vite à la barbe des policiers; et des "ruelles" pour faire des sauts de puces à l'autre bout d'un pâté de maisons ! Votre esprit de déduction en tant qu'enquêteur sera mis à l'épreuve croyez-moi !

Ajoutez à ça le fait que Jack peut dérouter un enquêteur via ses fameuses lettres ou qu'il peut attendre dans la pénombre, avant de tuer, pour démasquer les patrouilles factices et je vous assure que le challenge pour la police est bien présent ! Il vous faudra vraiment vous mettre dans la peau du tueur pour espérer pourvoir délimiter son périmètre d'action, en déduire sa cache et le coincer avant qu'il ne la rejoigne !

Du côté de l'Eventreur, la tâche n'est pas moins ardue compte tenu des choix qui s'offrent à lui en termes de victimes potentielles (plus ou moins proches des patrouilles et de sa cache), de timing disponible pour tuer (sachant qu'attendre peut s'avérer utile pour démasquer les vraies patrouilles mais rapproche les victimes potentielles des policiers), de possibilités de déplacement... Le filet policier se referme de plus en plus autour de lui et de sa cache au fil des nuits; la tension est omniprésente !

Le matériel est magnifique et sert l'ambiance. Le plateau représentant le quartier mal famé de Londres est superbe et bien pensé. Tout est fait pour vous immerger dans le parfum victorio-glauque du moment...

Du côté des défauts, puisqu'il y'en a forcément, on peut noter une aide de jeu incomplète : il aurait été bien sympathique par exemple de rappeler le nombre de déplacements bonus disponibles pour Jack (dont le nombre varie chaque nuit) directement sur le plateau. Ensuite, à plus de deux joueurs, les parties peuvent souffrir (comme dans tous les jeux de coop) d'un effet "leader" avec un joueur enquêteur imposant ses choix au reste du groupe. Enfin, c'est bien dommage que les pions en bois un peu standards ne soient pas plutôt des figurines détaillées pour favoriser encore plus l'ambiance !

Pour conclure, "Les Lettres de Whitechapel" est donc un jeu moins aisé à prendre en main que Scotland Yard mais d'autant plus profond et tendu. Si vous possédez déjà SY, LldW n'est donc pas indispensable sauf si vous voulez pousser l'expérience un peu plus loin. Si vous n'avez aucun de ces deux titres il vous faut y remédier rapidement, à vous de voir quel est votre seuil de tolérance en termes de complexité et de durée de jeu pour faire votre choix !

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default