Dominant species
2 à 6
Joueurs
12 ans et +
Âge
180 min
Temps de partie
54,99 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Acheter chez CulturaBouton pour acheter sur Boutique Ludique

Dans Dominant Species la survie du plus apte ne doit rien (ou si peu) au hasard

9,0

Dominant Species est paru initialement en 2010 chez GMT Games et a déjà bénéficié de trois rééditions. Néanmoins il n’est sorti en français que tardivement, chez Filosofia (avec un matériel basé sur celui de la 3ème édition américaine, nettement plus séduisant que le matériel d’origine affreusement austère). Dominant Species pourrait être la ‘suite’ de Triassic Terror, l’évolution des espèces au sein des niches libérées par la disparition des dinosaures. Mais autant Triassic Terror peut être décrit comme un El Grande allégé, autant Dominant Species serait plutôt El Grande (très) enrichi ; ça envoie du lourd et -GMT oblige- les parties sont longues (facilement 3 ou 4 heures mais on ne s’ennuie pas) et le système parfaitement réglé, tout en laissant le thème s’exprimer ; à ce titre Chad Jensen me semble définitivement un auteur brillant. Il s’agit donc d’un jeu de majorité mais ici la programmation des actions est complexe du fait de leur ordre de résolution subtil et d'interdépendances nombreuses. Au cœur du jeu se trouve la géométrie du plateau qui évolue dans le temps : les éléments de survie des espèces changent -voire disparaissent- et chaque joueur doit essayer d'anticiper pour adapter ses espèces au mieux, en exploitant au passage la spécificité de l'ordre dont il assure la survie (mammifères, reptiles, oiseaux, insectes, arachnides et amphibiens), le jeu étant légèrement asymétrique. Les moyens d'atteindre un objectif donné et de marquer des points de victoire sont nombreux et, cerise sur le gâteau, le décompte de majorité d'une tuile se fait sur deux dimensions : la majorité à proprement parler mais aussi l’espèce présente la mieux ‘adaptée’ à son environnement. Selon les tuiles le ou les joueurs qui disposent du plus d’espèces marquent de manière décroissante tandis que le joueur qui dispose de l’espèce la mieux adaptée bénéficie d’une carte action (dont l'effet n'a rien d'anecdotique). Personnellement j’ai un peu de mal à intégrer autant de paramètres et je me plante souvent dans les grandes largeurs dans mes projections mais cela ne m’empêche pas de trouver ce jeu formidable et incroyablement prenant, et sans doute à réserver à un public averti et appréciant les jeux calculatoires.

Commentaires

Default