Cuzco j'ai fait pour mériter ça ?

8,0

Un bien beau jeu ma foi que ce Inca Empire !

C'est chouette : beau matos, mignon, charmant... Le plateau, long comme le Pérou, comporte de jolies nuances de couleurs, et s'étoffe au fil de la partir d'une quantité de pions. Vraiment un bel impact visuel, indiscutablement. Si si ! Ca joue !...

Iconographie claire après un ou deux tours de jeu, plateau lisible, même encombré par les pions des joueurs (et il y en a des pions : des routes en-veux-tu-en-voilà, des cités, des forteresses...).

Une appréciable originalité tout de même, même si ca ne révolutionne pas le monde du jeu. Ca ressemble à de la pose d'ouvriers, mais en fait il s'agit d'un jeu basé sur les principes de liaison et de territoire. En effet, s'il faut tout de même bien gérer le nombre de ses ouvriers (on récupère des ouvriers supplémentaires au début des deux premières manches ; après il faut se brosser sur les dernières et vivre sur ses acquis), le plateau est consacré exclusivement au développement de notre réseau routier pour aller choper des PV dans les villes et les forteresses adverses. On est donc à la croisée de plusieurs mondes ludiques qui s'encastrent très bien.

L'ensemble est assez tactique. Il faut construire son réseau de routes tout en bloquant les autres et en imaginant où l'on va bien pouvoir fonder ses cités et construire ses forteresses, ses temples... Il convient de se donner un maximum de points sans pour autant en faire profiter ses adversaires. En même temps, on va jouer des cartes qui accorderont bonus ou malus à deux seulement des joueurs présents, sachant que l'effet de cette carte sera applicable toute la manche qu'il soit bénéfique ou calamiteux.

A ce moment là du jeu, il faut le savoir, il y a des cartes franchement handicapantes. Aussi, il serait préférable d'avertir les nouveaux joueurs avant de commencer la partie afin qu'ils sachent à quoi s'en tenir, éventuellement s'en prémunir. Cette phase de jeu occasionne cris et vociférations. C'est tendu parce que ça peut effriter vos plans d'orfèvres. J'ai bien aimé, même si comme je le disais, ca peut être réellement frustrant. Et si vos adversaires s'acharnent, ça peut vite tourner au drame...

Intéressant à jouer, bien qu'assez peu thématisé (même si on a connu beaucoup plus pire en la matière), Inca Empire ne procure pas la sensation de lassitude habituellement provoquée par les jeux démesurément longs. Car oui, Inca Empire est un jeu au long cours. Trois heures ont été nécessaires pour notre première partie à quatre, et parce qu'on avait choisi l'option courte (deux manches en moins). En effet, ça reste relativement dynamique avec de l'interaction dedans ! L'interaction est d'ailleurs quasiment omniprésente. C'est chouette parce que rare finalement pour des jeux de stratégie.

Je n'ai pas eu à lire la règle, mais quelques petits litiges sont venus émailler la partie. Le livret comporte apparemment deux ou trois approximations qui posent question, notamment au moment d'appliquer les effets de certaines cartes.

En définitive, on a un bon jeu, très très beau et agréable à jouer (ça c'est perso), calculatoire sans être mortifère pour le cortex, et auquel il faut reconnaître l'audace de sortir des sentiers battus, ce qui à n'en pas douter ne fera pas l'unanimité. Certains joueurs pourront tiquer sur certains aspects du jeu, qu'on sera en droit de trouver un peu trop pesant, ainsi que sur un temps de jeu conséquent. Pour ma part, je vais essayer de le dégoter à la première occasion !

Commentaires

Default