Les Rescapés de l'Atlantide
Ce jeu est sorti le 17 juil. 2003, et a été ajouté en base le 17 juil. 2003 par Gigi

édition 1996
Par Julian Courtland-Smith et C. Courtland-Smith
Édité par Parker
Distribué par Hasbro

Standalone 6 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Courage, fuyons!

...ou le remake des "Derniers jours de Pompéi"

Parties jouées : une vingtaine à 2, 3 ou 4 joueurs.

Matériel : un plateau représentant la mer avec une ile dans chaque coin et un découpage en hexagones.
Des hexagones en plastique constituant l'ile, où on place ses atlantes en début de partie, et qu'on démonte morceau par morceau au fil des tours, des animaux (requins, dauphins, monstres marins, pieuvres) et des bateaux, tous eux aussi en plastique, et enfin les fameux atlantes, 12 figurines chacun, moitié hommes, moitié femmes (pour une fois) dans des poses rappelant un peu l'éruption du Vésuve à Pompéi dans ce peplum américain de 1959.
Cette ile à construire au départ, c'est une idée géniale, les moulages sont très bons, ça fait peut-être un peu enfantin pour les ludopathes mais ça fait toujours de l'effet sur les joueurs qui découvrent le jeu.
En tous cas, je fus conquis dès l'ouverture de la boite.

Thème : une éruption volcanique, un tremblement de terre ou un tsunami dans un archipel méditerranéen dans l'antiquité. La fuite des iliens vers les iles environnantes, à la nage ou en bateau avec les risques que cela comporte, le gagnant étant celui qui a sauvé le maximum de ses atlantes, c'est simple et on y croit (sauf pour les monstres marins, là, c'est moins crédible, ainsi que ces fameuses pieuvres qui n'attaquent que les bateaux habités mais ne mangent pas les passagers, drôlement bizarres, ces petites pieuvres...)

Avis (à tête reposée car après une période de pratique intensive, nous avons un peu délaissé ce jeu) : une découverte qui m'avait vraiment accroché. Rien de belliqueux dans tout cela, il s'agit ici de sauver sa peau. On peut même être différents concurrents sur le même bateau (ce que nous nommons une copropriété et que chacun peut faire avancer à sa guise). Certes, quand on active à son tour de jeu un animal mangeur d'hommes, on va manger les atlantes de ses adversaires, mais il faut bien qu'elles mangent ces petites bêtes, non? Comme on trouvait cette activation trop gentillette (gros avantage donné au dauphin), on a fait une variante qui consiste à jouer deux dés pour l'activation et un pour le déplacement (voir la section "variantes").
A part ça, le jeu est simple, facile à mettre en place avec des débutants ou des enfants et donnant tout de même un peu de choix au joueur un peu plus expérimenté. En effet, à chaque tour, on a trois points de mouvements à répartir entre ses atlantes et les bateaux : faut-il mettre ses atlantes en début de partie au centre de l'ile pour qu'ils restent plus longtemps au sec, bien protégés, ou au bord de l'ile pour partir plus vite avant que trop de monstres n'apparaissent?
Faut-il essayer de se concentrer sur les bateaux et mettre plusieurs atlantes dans un seul ou au contraire faire de la natation pour ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier?
Faut-il avancer un peu tout le monde en même temps vers les iles ou favoriser un groupe et laisser les autres en attente sur des bateaux ou sur l'ile?
Faut-il plutôt sauver les femmes qui font bien la cuisine ou les hommes qui savent bricoler? (oups, pardon, le jeu ne différencie pas les hommes et les femmes au niveau des règles. Tiens, ce serait d'ailleurs une variante à tester, donner un bonus quand on arrive à recréer des couples sur les iles, pour perpétuer la tribu...)
Bref, un jeu qui nous a beaucoup amusé et dont les parties sont très différentes les unes des autres, parfois de terribles massacres où seule une poignée d'atlantes rallie la cote et parfois, au contraire, seulement deux ou trois disparus en mer. Cela est du en grande partie à la présence aléatoirement distribuée (note-le dans ton bouquin, çui-là) des tourbillons qui détruisent les hexagones qui les entourent.
En fait, une nouveauté chasse l'autre, donc on n’y joue plus que rarement, mais je refais toujours une partie avec plaisir.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default