Ce jeu est sorti le 25 oct. 2013, et a été ajouté en base le 24 oct. 2013 par Docteur Mops

édition 2014
Par Matthias Cramer, Stefan Malz et Louis Malz
Illustré par Michael Menzel
Édité par Eggertspiele et Filosofia
Distribué par Asmodee

Standalone 2 extensions 3 éditions
45,00 €
Prix conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon

Coup de Maîtres

Le "handbuilding" a le vent en poupe, qu'on se le dise dans les palais en vogue.
Pas d'usine à points chez Louis XV : s'il y a quelques façons marginales de marquer en cours de jeu, on calculera l'essentiel de son score en fin de partie en fonction de majorités et placements dans différents lieux.

C'est un jeu où l'on confectionne des robes, sachez-le. Il semble difficile de s'en passer. On coudra donc souvent, pas moyen d'y couper. Et comme pour coudre une robe, il faut forcément du tissu, on visitera régulièrement le marché dont il est issu. Vous suivez ?
Il ne s'agit par conséquent pas d'un jeu "ouvert" où l'on peut partir sur des stratégies extrêmes, mais plus d'un jeu où tout le monde fait en gros la même chose, au timing et aux optimisations près. Soyez préparés.

La différence se fait aussi sur la bonne gestion de sa main via un choix cohérent des cartes toutes fraiches qu'on y injecte, associé à une épuration judicieuse des vieilles cartes devenues gênantes. Comme les nouvelles cartes disponibles sont remplacées d'une manche sur l'autre par des cartes plus puissantes, il est parfois opportun de faire des impasses.

On peut regretter à ce sujet qu'il n'y ait pas plus de cartes que nécessaire. Les mêmes cartes reviendront donc à chaque partie, quasiment dans le même ordre scripté. Ceci dit, j'ai apprécié la diversité des fameux bonus, se prêtant à des "stratégies" variées, même si on est plutôt sur de l'investissement court terme vu le faible nombre de fois où l'on jouera chaque carte.
Le typage des cartes, donnant accès à tel ou telle action, vient rajouter un peu de piquant à l'équation.

Rien n'est donc d'une originalité fantastique, mais tout se tient et il y a toujours quelque chose d'intéressant à faire.

Le mécanisme de majorité est essentiel pour les points finaux, cependant le jeu conserve un intérêt en configuration deux joueurs dans la mesure où le coeur de la réflexion réside plutôt dans le moteur de cartes.

Puisqu'on approche de la fin de cet avis et que c'est le moment de distribuer les mauvais points, sachez que le décompte de fin est par contre franchement long et pénible : en l'absence d'une piste de score, on s'escrime à récolter et faire de la monnaie sur des jetons PV en carton. Moyen moyen.

Matthias Cramer co-signe ainsi à nouveau un jeu solide, complet et prenant, avec un thème plutôt rafraichissant (même s'il reste de façade).
Suffisamment profond pour passer à côté de sa première partie, il donne envie de ressortir prestement le dé à coudre pour tenter des choses différentes.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default