Conquête et (dé)cadence

sur Olympos
7,5

Philippe Keyaerts aime les jeux de civilisation c'est un fait. Si Vinci c'était 'conquête et décadence' cet Olympos serait plutôt 'conquête et cadence'. En effet le jeu s'inspire du système de conquête de ses prédécesseurs mais change celui de civilisation. Exit le déclin : désormais chaque action coûte du temps et le joueur le plus en retard sur l'échelle du temps est le joueur actif, la partie prenant fin quand tous les joueurs ont atteint la zone finale de l'échelle susdite. Les conquêtes sur le plateau servent principalement à s'assurer le contrôle de ressources (et à priver ses adversaires de ces mêmes ressources au passage) pour acheter des tuiles de civilisation, qui permettent d'obtenir certains avantages pour la suite de la partie ou de gagner des points de victoire. Un jeu un peu plus lourd et impersonnel que Vinci / Smallworld, avec moins d'interactions entre joueurs, mais qui reste franchement plaisant à jouer et s'offre une pointe d'originalité avec son échelle du temps.

Commentaires

Default