Ce jeu est sorti le 30 oct. 2002, et a été ajouté en base le 30 oct. 2002 par Monsieur Phal

édition 2002
Par Richard Tait et Whit Alexander
Illustré par Baseman
Édité par TF1 Games et Cranium

Standalone

Cocktail Games

Si l’est une indéniable qualité que l’on peut reconnaître à Craniun, c’est sa formidable réussite marketing et commerciale aux USA. Pays qui a vu la naissance de nombreux succès comme le Monopoly ou le Trivial Pursuit, mais qui reste malgré tout assez pauvre en créations si l’on excepte les simulations de guerre ou wargames dont ils sont si friands.

En France, le produit profite de ce succès et réitère pour son arrivée un plan bien étudié que l’on pourrait nommer la « pénurie organisée ».
En effet, seul 15000 exemplaires ont été mis sur le marché en fin d’année 2002. C’est déjà bien me direz-vous, mais c’est très peu pour un produit ciblé aussi grand public.
La stratégie consiste à le faire découvrir comme une petite merveille en le plaçant auprès de personnalités en vue et peu liées à l’univers des jeux. Ajoutez à cela une implantation dans des lieux choisis avec soins comme des grands magasins de renoms et une chaîne spécialisée et vous obtenez un parfait cocktail du jeu élitiste pour tous.

Pour preuve, le bouche à oreille fonctionne, certains le connaissent, on a du mal à le trouver et tout est en place pour la grande implantation de Noël 2003. Intelligent, et terriblement efficace.

Bien sûr, tout cela ne serait qu’un feu de paille si le produit était mauvais. Mais ce n’est pas le cas, même si l’aspect révolutionnaire mis en avant risque de faire rire les amateurs de plaisirs ludiques.

En effet, rien de novateur dans ce jeu qui reprend de manière hétérogène des mécanismes bien connus utilisés dans d’autres jeux déjà existant sur le marché. Si vous possédez Patamania, Trivial, Pictionary ou Defifoo et que vous avez fait quelques parties de jeux de mimes et les anagrammes, il ne vous restera plus que les graphismes rigolos et décapants pour être surpris. On est bien loin de la révolution annoncée.

Mais puisque l’on vous dit que vous êtes intelligent en pratiquant cette agréable récréation, pourquoi ne pas croire les vils flatteurs si l’on y prend du bon temps.

A l’usage, le jeu est plaisant, le matériel est parfait.

Comme au Trivial, on vous met dans les pattes un jeu de parcours qui servira de prétexte pour le choix des épreuves avec possibilité de raccourci qui avantagera ceux qui gagnent déjà.
C’est l’effet petit chevaux, et visiblement personne n’a encore résolu cet ennuyeux problème de parcours, à moins que cela fasse aussi parti du plaisir et que je sois un méchant grincheux.

Pour résumer, si vous voulez passer un moment agréable et que votre ludothèque se résume à un jeu de belote, ou si vous voulez à tout prix jouer au même truc que Julia Roberts, ou que vous trouvez la boite jolie, vous pouvez vous procurer ce jeu sympathique.

Je sais que je ne suis pas le Cœur de Cible comme disent les gens du marketing, mais je reste quand même sur l’impression que Cranium exploite plus la méconnaissance des produits ludiques auprès du grand public et ça me gratte un peu quand j’y pense. Enfin, ça me passera…

Et puis après tout, si le fait de jouer à Cranium peut donner l’envie d’en savoir plus sur les activités de groupes qui font plaisir, allons-y !
Pour ceux qui connaissent déjà le reste, vous faîtes comme vous voulez !

Par ailleurs, une partie de Cranium est un moment bien agréable, surtout si c’est pour éviter un trivial ! Personnellement je préfère Defifoo qui est un peu plus potache et qui manque de pâte à modeler ou un bluffer ou un Unanimo qui me font beaucoup plus rire. Voire, une petite collection des jeux du Kangourou qui revient moins chère. Quoi je mélange tout ! Oui c’est vrai.
Un peu comme Cranium quoi !

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default