Ce jeu est sorti le 21 juin 2013, et a été ajouté en base le 22 juil. 2013 par Docteur Mops

édition 2013
Par Michael Menzel
Illustré par Michael Menzel
Édité par Kosmos et IELLO
Distribué par IELLO

Standalone 6 extensions 4 éditions

Chronique d'une réussite ludique épique

Tout simplement le MUST des jeux coopératifs d’aventures.

Andor est un jeu coopératif dans le monde médiéval fantastique d’Andor, largement inspiré de Tolkien et de la Terre du Milieu (on sent que l’éditeur et l’auteur n’ont pas pu avoir les droits) pour des durées de partie de l’ordre de 90 minutes. Chaque joueur incarne un héros (nain, mage, guerrier ou elfe) qui va devoir accomplir une légende qui consiste généralement à protéger le royaume en repoussant les assauts de différents monstres (gor, skral, wardrak et troll), en accomplissant des quêtes et en combattant généralement un boss final. Et tout ceci dans un temps limité, qui sera représenté par la piste du narrateur.

Le jeu est structuré en 5 légendes ; une légende d’introduction pour s’initier aux fonctionnements du jeu et aux règles principales, puis 4 légendes à difficulté croissante, la 3ème légende étant customisable.

Le jeu est tellement bon qu’il mérite amplement ses deux prix (As d’or 2013 et Kennerspiel 2013) et qu’on s’y arrête en détail point par point.

Graphisme et matériel :

Juste énorme, rarement un jeu a proposé un matériel aussi pléthorique, un plateau réversible aussi beau et travaillé (une face présente la capitale d’Andor Chaumebourg et sa forêt, l’autre la mine du royaume). L’auteur Michael Menzel, qui est un des plus grands illustrateurs de jeu outre-Rhin s’est lâché comme les éditeurs pour un prix assez dérisoire comparé au matériel (45 euros seulement j’ai envie de dire). A part Lords of Xidit, j’ai rarement vu dans le monde du jeu un tel rapport qualité et quantité matériel/prix.

On reconnait la pâte "maronnesque" de l'auteur qui convient si bien aux thèmes médiévaux.

L’ergonomie est au rendez vous. Seule la mise en place est un peu laborieuse (comptez 10 min de mise en place et 10 min de rangement mais quand on aime on ne compte pas !!!)

Note perso : Il serait bon parfois que certains éditeurs et kickstartereur méditent sur ce jeu avant de dire que leur production offre un matériel pléthorique, inédit tellement qu’il est sublime (Abyss je pense fortement à toi, tu n’arrives pas à la cheville d’Andor niveau matériel, bien que ta couverture soit superbe). Je suis sûr que l’on peut faire aussi bien voire mieux mais c’est un défi de taille pour sûr !!!

Thématique et immersion :

On est dans du médiéval-fantastique assez classique (les nouveaux monstres ont l’aspect d’orcs et n’ont pas vraiment d’originalité) mais très bien maitrisé. L’immersion est renforcé notamment par :

  • Des personnages différents avec les poncifs habituels (nain bourrin, guerrier à toute épreuve, elfe à l’arc, mage faible mais rusé). Contrairement à d’autres jeux, la présence de différents personnages n’est pas là que pour faire de la figuration, leurs pouvoirs des personnages présentent une forte asymétrie. Il faudra donc tirer d’eux le meilleur quand la situation l’exige !!!
  • Des Items qui collent au thème (faucon pour transmettre des objets, gourde pour gagner des points de déplacement…)
  • Les légendes qui sont romancées et qui permettent de s’immerger dans la thématique
  • L’apparition d’évènements surprises qui vont pimenter le jeu
  • La mécanique de progression des légendes qui a de fortes connexions avec le jeu de rôles et qui fait d’Andor plus un jeu d’exploration et d’aventures qu’un jeu de poutrages à la Munchkin et Zombicide.

Je m’arrête sur ce point en particulier qui a frustré pas mal de monde. En effet, la légende doit être réalisée dans un temps donné. La piste du temps avance, on va dire « normalement » à la fin de chaque journée mais également à chaque fois qu’un monstre est tué. Ce qui freine beaucoup l’envie de « poutrage systématique » des monstres qui entraîne à coup sûr une défaite. Et oui tout ceci est thématique, n’en déplaise !!

Etant légèrement passé par le jeu de rôles, Dungeon et Dragon notamment, il était généralement admis que l’élaboration de stratégie et de plans était beaucoup plus important pour réussir une quête que buter une palanquée de bestioles (qui vous faisait généralement la peau lorsqu’il était nombreux). N’en déplaise aux Munchkiniens et aux Zombicidiens, une aventure ne se résume pas à du massacrage gratuit de monstres car ce n’est pas réaliste. L’idée de contrebalancer l’effet « envie meurtre de masse de monstres » est donc définitivement une bonne idée.

Mécanismes :

Mécanisme d’une grande fluidité, avec des actions simples et de nombreux choix stratégiques. En terme de complexité d'actions, on est légèrement au-dessus de Pandémie mais c'est plutôt accessible.

Andor est un jeu d’optimisation coopérative où les erreurs vont souvent coûter cher très cher. Il est donc impératif de coordonner ces mouvements et ces actions afin de toucher au but. Ce qui en fait un jeu destiné aux amoureux du coopératif et rebutera les autres : s’acharner sur un monstre seul, faire son petit bonhomme de chemins envers et contre tous et vous faites couler la mission. Le dernier scénario est assez monstrueux de complexité et va vous résister un bon moment.

L’auteur a particulièrement bien travaillé les systèmes de combat et l’assymétrie des personnages. En effet, on peut reconnaître un certain degré d’améritrash dans les combats qui sont effectués par des lancés de dés. Mais Michael Menzel n’est pas allemand pour rien, de nombreux items et pouvoirs permettent de gérer l’aléatoire des dés (retournement de dés avec le mage, addition de dés identiques avec le casque…) et c’est un des points les plus brillants de ce jeu à mon avis (au moins pour la boîte de base).

Les légendes contiennent également des superbes trouvailles en termes de gameplay (runes, gestion des bouches de feux dans la mine, blocage de ponts etc etc …). L’auteur a vraiment crée un monde « boîte à outil » qui recèle une forte potentialité en termes de créativité ludique. D’ailleurs, un de ces souhaits est que chaque joueur développe ses propres légendes.

Points faibles :

Malgré l’éloge que je peux faire à ce jeu, il y a certains points faibles que l’on peut pointer à raison (si je consulte les avis) :

La sous exploitation du plateau côté mine

  • La légende 3 customisable donne parfois des combinaisons quête-boss final soit trop facile soit quasiment impossible
  • Des expériences de jeu parfois en demi-teinte car le jeu ne fait pas l'unanimité. Andor comporte une grosse part de gestion et d'optimisation : effectivement ne comptez pas massacrer tout un bestiaire de monstres, là n’est pas le propos. En celà il peut apparaître comme un peu dirigiste, .
  • La rejouabilité un peu moins attrayante lorsque l’on a fait l'ensemble des légendes, on n’a plus la surprise de la découverte. Pour ma part, je trouve que le jeu offre déjà beaucoup d’heures de jeu pour le prix et qu’il est parfois intéressant de refaire une légende en changeant le nombre de joueur par exemple ou en utilisant des stratégies légèrement différentes. Et puis passer un mois, on peut se faire resurprendre par une légende (à moins d’avoir une mémoire d’éléphant).

Cependant, maintenant que le jeu fête ces 2-3 ans, certains points ont été améliorés :

  • L’extension Garde Etoile permet une rejouabilité ENORMISSIME et est définitivement nécessaire si on aime le jeu de base. L’auteur a planché et bien planché pour offrit aux joueurs encore plus d’épique et de profondeur pour un prix assez modique. La légende est unique mais customisable (un peu comme la 3) avec des degrés de difficulté proposés par la règle et plus aucun bug. EXTENSION INCONTOURNABLE
  • Si vous êtes encore plus accroc, l’extension Voyage vers le Nord vaut aussi son pesant de cacahuète en termes de matos (nouveaux plateaux) et de gameplay (nouvel héros, nouveaux monstres et nouveaux items). Cette extension est aussi plus agressive (il faut tuer deux monstres pour faire avancer le narrateur d’une case). Les héros prennent aussi une bonne dose de fraîcheur marine :D
  • De nouvelles légendes officielles et officieuses disponibles sur le site web consacré et sur BGG (il y a deux légendes adaptées du Seigneur des anneaux que je vous conseille fortement)

Bilan : 10/10

Andor est une réussite sur tous les plans, un petit bijou d’aventure épique ludique, à ne pas mettre entre toutes les mains mais qui ravira (et celà j'en suis sûr) :

  • Les pousseurs de cubes et le roi de la gestion par le besoin constant d’optimiser ses tours
  • Les amoureux du coopératif si tant est que coopératif rime avec conception de stratégies communes
  • Les amoureux du médiéval-fantastique

Il est rare de tomber sur des jeux aussi irréprochables que cela quand on est un joueur expérimenté. Il n y a qu’à féliciter son auteur qui a dû passer un temps monstre pour bâtir cette univers si riche et si prenant.

Mes immenses respects à l'auteur, l'unglaublich et talentierten Herr Menzel et merci à Iello d'avoir suivi le mouvement en proposant les jeux et extensions peu de temps ou simultanément avec Kosmos.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default