Munchkin

Munchkin

Édition 2010
3 à 8 joueurs
Nombre de joueurs
12 ans et +
Âge
60 min
Temps de partie
21,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar
L'avis de Tric Trac sur ce jeu
LudiKev
Tric Trac team
5,7
Pas pour tout le monde !
Docteur Mops
Tric Trac team
4,0
rigolo à la lecture.

"Chaussette !" "Le Barbare gagne un niveau !"

4,1
Munchkin a une place assez particulière pour moi, c’est un des premiers jds modernes auxquels j'ai joué (en 2001... et ce jusqu'en 2005 où je me suis retiré de ce milieu -si ce n'est deux/trois jeux que j'ai pratiqué encore quelques temps). Il y a bientôt 3 ans je me suis cependant retrouvé embarqué dans une partie de Munchkin qui m’a remis le pied dans cet univers ; il y a donc un certain attachement sentimental mais pour ce qui est de ma critique (maintenant que je me suis confessé) je vais mettre cet aspect de coté.

Les +

- Humour pour rôliste/geek. Le point fort de Munchkin c’est indéniablement les petits dessins présents sur les cartes et leurs intitulés (c’est tellement son point fort à mon sens que j’ai investi dans la plupart des extensions –et que j’achèterais surement les autres quand je n’aurais rien d’autre à acheter- uniquement pour collectionner ces petits strips). Par exemple le monstre Binoclard Hurleur parlera aux anciens (ou actuels) MJ, alors que la terrible Salaad parlera à toute personne ayant un minimum de connaissance sur les elfes et autres créatures issues de l’heroic fantasy.

- Races/Classes. Comme dans tout dungeon crawler qui se respecte on peut avoir plusieurs race/classe (les rares fois où j’y rejoue on applique cependant souvent une variante où on commence tous avec une de ces cartes… devoir commencer en temps que péon de base et s’en remettre au hasard c’est trop moche et peu thématique) ; chacune de ces classes/races a une caractéristique spéciale et certains monstres/objets agissent différemment en leur présence. C’est une idée plutôt sympathique.

- Niveaux. Dans le fond j’aime bien l’idée des niveaux des personnages qui servent à la résolution des combats… on doit monter en niveaux pour gagner le jeu certes mais on a aussi l’impression que c’est plus utile que si c’était de vulgaires points de victoire (et pour cause…).

- Principe. En fait je trouve que le principe de Munchkin est sympa, on peut pourrir ou aider un joueur lorsqu’il combat… Un joueur qui atteint le niveau 10 gagne la partie (ou 20 en épique Munchkin), il ne peut gagner cet ultime niveau que lors d’un combat (impossible de l’avoir en utilisant une carte « vous gagnez un niveau » par exemple). Ce sera parfois dans votre intérêt d’aider un joueur (pour vous-même gagner un niveau, vous en faire un allié ou simplement lui extorquer quelques richesses). Généralement une bonne ambiance est garantie autour de la table, avec les négociations et autres coups bas.

Les -

- Hasard. Le hasard est omniprésent ; on pioche une carte porte… si c’est un monstre (et qu’on le bat) on pioche une/plusieurs carte/s trésors, si on ne peut pas le battre il faut tenter de s’enfuir en lançant un dé. Que ce soit clair il ne faut pas du tout être allergique au hasard lors d’une partie de Munchkin (et prier pour que les cartes soient bien mélangées)…

- Pas tout public. Si vous jouez avec des personnes qui n’y connaissent rien à l’heroic fantasy vous avez de grandes chances de passer un mauvais moment, ils ne comprendront pas nécessairement les références des cartes ce qui est assez dommage.

- Traduction. Les règles sont mal écrites, alors qu’au final elles sont vraiment très simples (on trouve un excellent diagramme récapitulatif sur internet) et certains textes de cartes peuvent porter à débat (mais là ce n’est pas forcément de la faute de l’éditeur, c’est un parti pris totalement assumé de la part de Steve Jackson, créer des cartes qui poussent au débat et à l’engueulade).

- Long. Si je trouve le principe de Munchkin sympathique la durée du jeu l’est beaucoup moins, et c’est justement à cause de ce même principe d’ingérence. Lorsqu’un joueur sera sur le point d’atteindre le niveau 10 les autres vont se liguer contre lui (sa défaite sera sanctionnée par une perte de niveaux), et ainsi de suite pour tous les joueurs. Sauf à se retrouver dans une situation où les joueurs n’ont plus rien à faire contre un d’entre eux ou si quelqu’un (tout le monde ?) décide d’abréger la partie vous vous retrouverez dans un cercle vicieux.

- Compter les niveaux. C’est cool de monter jusqu’au niveau 10, mais comment on fait pour compter les points ? A vous d’être les plus ingénieux possible car il n’y a aucune solution proposée pour vous dans la boite… c’est dommage, c’est quand même le but du jeu, même une toute petite piste de score avec de simples cubes aurait été la bienvenue…

Conclusion

Munchkin c’est du Steve Jackson tout craché, un jeu avec une dose de hasard considérable, de nombreuses cartes déséquilibrées et sujettes à interprétation, de possibles engueulades… mais tout de même une possible bonne ambiance autour de la table. En fait j’ai un sentiment mitigé, au final j’ai l’impression de me retrouver face à l'ébauche d'un jeu qui pourrait être intéressant mais non pas avec un jeu finalisé (mais bon, les déséquilibres étant assumés ce n’est pas très étonnant…).

Note (basée sur le système bgg) : 4 (Pas très bon. Je pourrais cependant en faire une partie à l’occasion.)
Je ne commente et note que les jeux auxquels j’ai joué 10 fois minimum

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default