Ce jeu est sorti le 20 sept. 2016, et a été ajouté en base le 20 juin 2016 par Docteur Mops

édition 2016
Par Alan R. Moon
Illustré par Julien Delval
Édité par Days of Wonder
Distribué par Asmodee

Standalone 18 éditions

Ça rame ....

Nouvelle machine de guerre lancée à coups de "tournois" (la licence en avait elle besoin ou les retours sont ils moyens ?), les ATM propose deux plateaux: les grands lacs, tellement moche qu'on pourrait l'accrocher au mur à la place de la tapisserie "scène de chasse" de papy (qui minimise l'effet des ports (le plateau pas la tapisserie)), et le tour du monde (plus classique).
La différence (outre son prix qui monte a 70 e) est l'introduction de navires (A quand les avions quand on sait que l'auteur nous a pondu l'excellent "airlines"). Les routes seront donc terrestres et maritimes, avec des jokers bi-goûts et un choix de remplacement du marché par le joueur actif (genre "tu attends des bateaux, je vais te mettre des trains), l'introduction de route où il faut payer double (aïe) et une possibilité (souvent peu claire à la première partie de passer d'un côté du plateau à l'autre (façon Risk)).
Certaines cartes ont des ancres, ce n'est qu'avec celles ci que vous pourrez construire des ports. Là c'est chaud puisqu'il faut 4 cartes identiques.
Le port, c 'est le gros écueil du jeu: leurs scores sont disproPORTionnés et favorisent trop le hasard.
Leur décompte 20/30/40 pour un port accueillant 1,2,3 destinations est énorme si on a de la chance (j ai démarré avec 3 destinations partant de Rio...la chance au tirage qui va me garantir un bonus de fin sans me fatiguer ). A la fin, un de nos joueurs marque 60 points avec 2 ports, c est l'envolée.
ATM reste plaisant à jouer car le système fonctionne mais le fait de tirer des bonnes cartes bateaux/trains/destinations prend ici trop d'importance. Le remplacement d'une carte bateau par une carte train (ou inverse) favorise, même sans le vouloir, un blocage, et nuit par moments à la fluidité du jeu (ce qui est pourtant un des points forts de la licence).
IL faut avoir le coup d'oeil dès le départ pour sélectionner le bon nombre de bateaux et de wagons, c'est vous qui constituez votre stock. Attention de ne pas se planter, même si l'échange est possible (utiliser un train pour un bateau, il coûte cher et fait perdre du temps).
Je ne reviens pas sur le couperet des ports. Nous avons déjà une variante en préparation sur leur place /décompte par rapport au trafic maritime. Cela rend le jeu moins casual par contre.
Dur dur de se renouveler années après années. Si dans l'ensemble le jeu et le concept "aventuriers du rails" est toujours une valeur sûre, il y a des baisses de régime et "Autour du monde" en fait partie: hasard plus présent, un peu plus tactique cependant et manque de fluidité.
Du coup, et au prix du jeu, je préfère rester avec ma version Europe qui remplie très bien son rôle sans en faire trop.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default