Evo

Evo

3 à 5 joueurs
Nombre de joueurs
12 ans et +
Âge
90 min
Temps de partie
34,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

C'est dans les vieux pots...

8,0

Si je vous dis : climat, préhistoire, gènes, survie, points de victoire, tour en 6 phases, vous pensez tout de suite à ... Evo ! et bien vous avez tort, c'est exactement la description d'Ursuppe (Doris & Frank, 1997) au point qu'on aurait bien aimé voir figurer l'hommage quelque part dans la notice entre tous les remerciement de copains. Comme on dit : "si cela va sans dire, cela va mieux en le disant". Car cela frise le plagiat. Certes les dinosaures ont remplacé les amibes, mais le principe est exactement le même : muter pour survivre, au travers de phases communes que sont la détermination du climat, les déplacement, les combats, l'achat de gènes, le décompte des points. Les différences sont surtout cosmétiques : les dinosaures pondent quand les paramécies préfèrent la scissiparité, les excès climatiques remplacent les variation d'ozone, etc.

Pourtant là où Ursuppe est un bric-à-brac indigeste et lourdaud de petites règles, Evo est fluide et bien équilibré. En effet les quelques innovations d'Evo, anodines au premier abord, sont fondamentales : il y a 6 gènes dans Evo contre 20 dans Ursuppe, le climat est un tableau et l'on peut donc prévoir le changement climatique alors que le tirage des cartes d'Ursuppe est aléatoire, la détermination de l''initiative n'a pas d'équivalent chez son modèle, les cartes événements rajoutent du piment, les points de vie ont disparu, l'achat de gène se fait aux enchères avec les points de victoire et non dans l'ordre du tour avec des points d'énergie compliqués, bref autant d'innovations minuscules mais qui mises bout à bout rendent le jeu très fluide, léger, et tactique, ce à quoi Ursuppe ne peut pas vraiment prétendre. Une sorte d'Ursuppe
2. Enfin, rassurons nous pour les devanciers, ils ont fait la réponse du berger à la bergère et sorti Urland (Doris & Frank, 2002) qui s'intéresse aux dinosaures. La compétition n'est donc pas finie.

En attendant de l'essayer, mes critiques sur Evo vont à la timidité des innovations et à une réalisation bâclée. En effet, le hasard reste trop omniprésent et si les dés ne sont pas avec vous points de salut : à quoi servent les cornes si même avec elles vous ne parvenez à remporter aucun combat (ce qui m'est arrivé) ? Pourquoi ne pas avoir plutôt fait un système à la Full Métal Planète, plus tactique ? La piste des points de victoire est beaucoup trop étriquée et les pions trop hauts n'arrêtent pas de tomber, ce qui la rend finalement moins pratique qu'une bonne feuille de papier avec crayon, et la boîte a été conçue pour un autre jeu puisque celui-là ne veut pas y entrer. Bref, des défauts que n'avait pas Ursuppe.

Reste qu'on s'amuse à faire évoluer ses petits dinos, que les parties sont amusantes et rythmées, ce qui, ma foi, est bien l'essentiel. Mais de là à lui attribuer le prix de meilleur jeu de l'année (Games 2002), c'est un peu pousser.

Commentaires

Default