Salem
Ce jeu est sorti le 16 déc. 2009, et a été ajouté en base le 29 sept. 2009 par 20.100

édition 2009
Par Michael Rieneck
Illustré par Franz Vohwinkel
Édité par IELLO
Distribué par IELLO

Standalone 2 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Bon je tue le zombie avec le bouquin et la dague,

Commençons tout de suite: je suis un fan absolu de Ghost Stories, j'adore Pandémie et j'ai toujours voulu jouer à Horreur à Arkham sans jamais avoir trouvé l'occasion de le faire.

Alors quand Salem est arrivé, j'ai failli l'acheter cash, avant d'avoir l'occasion de le tester, et je suis finalement bien content d'avoir réfréné mon ardeur.Pourquoi cela?

Salem est un jeu sans aucun thème, sans aucune logique. Le beau plateau et le beau matos est fait pour en partie cacher ça mais n'espérez pas faire des choses aussi évidentes que rester dans un lieu deux tours de suite ou faire un aller et retour entre deux lieux par exemple.

A Salem,chaque lieu nécessite un laisser passer (ou une carte de bus je ne sais pas trop) qui nécessite de repasser par l'université (sans prendre les 20 000 euros) pour pouvoir obtenir le droit d'y retourner séjourner pour une nuit. Mais les risques ne s'arrêtent pas là.

A Salem, quand je débarque dans un lieu où un monstre est présent, je risque gros, il va peut-être me piquer ma paire de lunette (si le dé que je lance indique ce signe), mais pas le reste. Donc si je n'ai pas de paire de lunette, le Zombie me vois arriver, me fouille, voit que j'ai une dague, une potion et un grimoire et me laisse rentrer (la chance, sans même être accompagné par une zombinette, je pensais que ce cimetierre était un peu plus sélectif!).

A Salem, quand on perd un point de santé mentale, il ne se passe rien. Quand on en perd un deuxième il ne se passe rien. Quand on en perd un troisième il ne se passe rien. Quand on les a tous perdus on est mort (ou fou je ne sais plus trop).

A Salem, on a pas le droit de se parler de portails entre joueurs, même si on se croise dans le même lieu de la ville et qu'on fait des échanges d'objets. Par contre on peut lourdement insinuer qu'il est un peu trop tôt pour tenter de terminer le jeu. Et pour un peu qu'on ai contrôlé qu'un seul portail dans la partie, ça frise un peu le ridicule.

Bref, ce jeu ne colle pas du tout au thème, mais alors pas du tout au thème. Alors que reste-t'il au jeu. Une mécanique. Et en quoi consiste-t'elle cette mécanique? En je me déplace, je récupère des objets qui me rendent fous ou qui font venir des monstres et si j'ai la bonne combinaison je tue un méchant (par exemple en les assommant avec le bouquin puis en leur forçant à boire le contenu de la fiole). Si je peux pas tuer de monstre, je vais regarder si le portail est ouvert ou pas pour savoir si je vais tenter plus tard de le fermer ou pas (moi-même puisque, rappelez-vous, je ne peux pas parler de ce portail). Et après quelques déplacements de ce type entrecoupés par des événements passionnants et des arrivées de monstres en pagaille, je vais à l'université pour apprendre les secrets occultes qui donnent le pouvoir d'aller plusieurs fois dans le même hôtel dans sa vie...

Déçu je suis!

Nombre de partie jouée: 1,5 (j'ai pris la seconde en cours pour remplacer quelqu'un qui devait interrompre sa partie)

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default