P'tits gens assez contents

7,0
Le jeu est un bon mélange entre éléments narratifs (histoires qui se suivent, moments de lecture suite à des actions ou des rencontres, objectifs en lien avec une histoire qui court sur plusieurs scénarios).

Le plateau, assez grand, est plutôt joli.
J ai une petite crainte sur sa solidité parce qu'on manipule des volets placés dessus (qu'il a fallu détacher au premier usage) et qu'on y retouche souvent après (surtout ceux des gardes, des nobles et des carrosses) mais pour l instant cela tient le coup.
Le reste du matériel est constitué de meeples et de kubenbois de différentes tailles et formes.

Le jeu a comme originalité le mode de déplacement avec un des meeples aux socles de tailles differentes (selon que l on se déplace à pas comptés ou que l'on court comme un forcené). C est malin, la prudence permet de rajouter des cubes blancs qui faciliteront les résolutions des combats par la suite, c est original. En petit bémol néanmoins la précision lors du déplacement. Il faut être précautionneux pour ne pas bouger malencontreusement son pion lorsqu'on place de manière contiguë les meeples de déplacement.
De même on peut être poursuivi par un personnage qui ira vers un compagnon de Robin le plus proche de lui. Le mètre à ruban est parfois sorti pour comparer ces distances.
Des cubes car les combats se jouent via du tirage au sort dans un sac. On rajoute des pions blancs, le jeu des pions violets et on peut battre un garde ou un noble si on parvient à tirer un pion blanc (voire deux parfois) en un nombre de tirages dépendant du personnage. C est rapide, c est malin, ça donne l impression d être moins soumis au hasard qu un lancer de dés. Un bon point donc.
Si on parle de hasard, il est bien présent. En particulier dans la gestion des tours de garde (gardes qu'on révèle selon un numéro apparaissant sur un disque tiré à chaque tour). Ici on peut parfois devoir se le jouer présent en restant dans les zones d ombre du plateau sous peine d un malheureux tirage qui condamnerait vite notre progression.

Le plateau permet de tourner et retourner des tuiles selon les scénarios joués. Cela permet de renouveler le jeu au fil des parties. Un mendiant qu'on aura croisé une fois je sera peut être pas toujours là. Ou d'une fois sur l autre il tiendra compte de scénarios passés (n attendez quand même pas un suivi fin on est sur l action générale du scénario). C est original, ça permet de sentir l histoire avancer dans un contexte proche d'une partie sur l'autre.

Pour l'instant le plaisir de jouer est là. La difficulté est suffisante (après 3 scénarios) la plus élevée qui soit (le 4e scénario monte déjà d un cran).
Le nombre de scénarios est limité mais l histoire se divise en deux branches ce qui laisse imaginer une dizaine de parties. De même pour mener à bien les scénarios (trouver un endroit où établir son campement, entrer ou sortir du château), plusieurs méthodes semblent être possibles. Cela à l avantage de prolonger l aventure pour ceux qui auraient un petit goût de revenez-y.
De même une fois la campagne un mode+ semble exister pour prolonger le plaisir.

Pour le moment, le jeu est une bonne expérience.

Commentaires

Default