Blood Rage à la française

9,6
Il y a deux ans était sorti le blockbuster américain Blood Rage avec ses grosses figurines, ses extensions dispensables, son système de jeu efficace et son prix élevé. Quelques mois plus tard sortait le film d'auteur français Inis avec ses choix esthétiques audacieux (j'aime beaucoup les tuiles moins la couverture), ses phases de négociations et ses différents chemins vers la victoire.
Les deux partagent quelques caractéristiques essentielles : phase de draft (qui handicape les nouveaux joueurs lors de leur première partie) et occupation de territoires ; faiblesse, à mon goût, du jeu à deux même si techniquement cela tourne bien.

Mais, et c'est peut-être culturel, Inis l'emporte incontestablement dans mon coeur. Je trouve le jeu beaucoup plus subtil et varié, beaucoup plus riche.
Les parties sont vraiment très différentes alors que l'on revoit sans cesse les mêmes 16 cartes actions. En effet l'apparition aléatoire des nouveaux territoires, les cartes épiques particulièrement puissantes (presque trop) quand elles sont utilisées au bon moment, et les choix des joueurs remodèlent constamment le plateau et permettent des retournements de situation spectaculaires.

Comme dans tous les jeux de ce type il y a, entre joueurs de même niveau, une phase de montée en puissance suivie, dès que les conditions de victoire sont proches, d'une phase d'affrontement qu'il faut finement gérer pour ne pas avantager ceux qui ne participent pas aux combats.
On ne peut pas gagner "par hasard" car on est obligé de signaler que l'on remplit les conditions de victoire et le kingmaking est moins présent que dans d'autres jeux d'affrontement car il est possible de retarder le dénouement (si deux joueurs remplissent une condition et qu'aucun n'est "premier joueur" on continue, ce qui permet de revenir dans la partie).
Le jeu est aussi bon à trois qu'à quatre joueurs.

Les parties durent généralement entre 60 et 90 minutes; le jeu est très accessible car les règles sont simples et claires mais il faut un peu d'expérience pour mesurer la portée et les conséquences de ses actions car très souvent tous les joueurs sont près de la victoire et le plateau peut vite changer.
L'interactivité est au coeur du jeu.

Je n'aime pas trop Cyclades, au moins dans sa version de base, et apprécie Kemet. Je place Inis à son niveau, dans un style différent : un excellent jeu.

Commentaires

Default