Maracaïbo (VF)

de Alexander Pfister
Maracaïbo (VF)
9.14 
11 avis

Description du jeu :

Les Caraïbes au cours du 17ème siècle : différentes nations s’opposent constamment pour dominer la région, faisant leur possible pour consolider leurs efforts politiques et leur économie locale. Vous... En savoir plus

Prix de vente conseillé : 65,00 €

Black pearl

Maracaibo est la dernière perle de Alexander Pfister pour laquelle il a digéré et réinterprété des choses qu'il avait abordé dans ses jeux précédents:
- le chemin à parcourir de Great Western
- les pistes de nation de Mombasa
- le système d'objectif et des cartes à combo de Black-out
- la campagne de Oh my good

A l'arrivée on a un jeu bien pensé, avec de la profondeur (on découvre des équilibres , des subtilités à chaque partie). Le jeu propose une modularité très appréciable :
- campagne : ajout de cartes et de tuiles sur plateau au fur et à mesure de la partie
- paquet de cartes partiellement utilisé à chaque partie
- possibilité de repartir de certains chapitres
- possibilité de jouer hors campagne en injectant ce qu'elle apporte. Cela donne 3 configurations de jeu facile, moyen, difficile (qui seraient plutôt à renommer en court, moyen, long)

J'ai beaucoup pratiqué le mode solo. Le jeu y tourne très bien ( et il apprend à gagner en efficacité : en multi on a naturellement tendance à vouloir s'arrêter partout , ce qui peut donner d'ailleurs des impressions de déséquilibres ;-) ) et en mode difficile il est important de bien identifier les terrains sur lesquels l'automate va être dangereux.

Un tableau presque parfait, MAIS avec sa part d'ombre :
- la campagne est assez décevante : les tuiles apportent des considérations intéressantes mais l'injection de cartes est homéopathique et sans intérêt narratif. Enfin l'histoire est peu palpitante.
- le mode solo/campagne manque de challenge. J'aurais aimé trouver des défis à hauteur de l'extension campagne de Oh my good où il fallait vraiment trouver LA stratégie pour y arriver.
- derrière toute sa modularité et son travail mécanique , le jeu manque d'une certaine personnalité. Dans son côté patchwork mécanique, il n'a pas réussi à dégager une identité comme un La Granja par exemple avait réussi à le faire. Peut-être parce que le jeu ne propose rien de vraiment nouveau en plus de ses inspirations

Au final, c'est paradoxalement techniquement l'un des Pfister les plus agréables et complets à pratiquer (une vingtaine de parties à mon actif ) , mais aussi celui que je trouve le moins marquant.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default