T.I.M.E Stories

de Manuel Rozoy
T.I.M.E Stories
7.87 
326 avis

Description du jeu :

"Bienvenue à l’agence T.I.M.E !"Vivez des expériences à travers le temps et de multiples réalités.Incarnez des personnages dans ce jeu de decksploration, qui mélange divers aspects du jeu de rôles et... En savoir plus

Prix de vente conseillé : 45,00 €

Aventures à plein temps

Je ne sais plus qui a dit "le meilleur de l'amour c'est quand on monte l'escalier".
Sans vouloir prendre au pied de la lettre cette citation, surtout quand on habite une maison de plain-pied, il faut bien admettre que l'un des plaisirs de T.I.M.E Stories se trouve bien dans l'attente, "l'avant" excitant qu'il procure.

Acquis dès sa sortie, je n'ai pu y jouer que récemment. Mais je crois n'avoir jamais autant ouvert et refermé une boite avant une première partie. D'abord pour lire et relire les règles (non pas du fait de leur complexité mais plutôt par envie de me plonger dans le thème), mais surtout pour inspecter, retourner, soupeser ce pauvre paquet de cartes, sans jamais l'ouvrir, de peur de laisser échapper le gaz, à l'image de cette bouteille de Coca qu'on sait ne pas pouvoir boire dans la journée.

Alors bien sûr le jeu n'est pas exempt de défauts. Je ne m'y attarderai pas, tout a été dit assez justement.
Si l'on veut poursuivre la métaphore amoureuse, il engendre même une certaine tristesse post-coïtal après la première partie. Oui le scénario n'est pas totalement abouti. Oui des petites imprécisions de règle nous ont empêchées de profiter sans retenue de l'aventure. Oui on se dit "quel bel outil sous-exploité". Mais oui aussi et surtout quel jeu !

Après 3 runs et 5 heures de jeu qui nous ont semblées 2 ("quoi ???!!! il est 2 heures du mat ??!!!"), ces petites imperfections sont vite oubliées. Et il faut se rendre à l'évidence : je suis de nouveau en train de monter l'escalier. J'attends la prochaine partie. Je spécule, j'imagine, je trépigne. C'est d'autant plus délicieux que je n'ai été spoilé par aucun visuel ce coup ci. C'est un peu le même état de fébrilité béate que pour la sortie du prochain album de Lara Fabian ou de Mogwai (rayez la mention inutile). Et ça, jamais un jeu ne m'avait fait cet effet à ce point.
Bien sûr j'aime toujours autant penser à ma prochaine partie de Kubenbois sur ce jeu ou j'aimerais bien essayer une stratégie full jambon avec l'espion espagnol (dite aussi ouverture "chorizo). Mais la c'est pas pareil. C'est par l'attente de la découverte d'un nouvel univers, d'une nouvelle intrigue, de nouveaux choix, de nouveaux réceptacles, que le désir monte.

On dit que T.I.M.E stories n'est ni plus ni moins qu'un point and machin ou un Ldvelh. Sûrement...mais perso je m'en fiche. Comme je me fiche que Witness soit un téléphone arabe revisité (copyright "top chef"), Mystères un portrait chinois customisé (copyright "Tuning magazine") ou Five tribes une resucée (copyright qui vous voulez mais moi je vous préviens j'ai abandonné la métaphore amoureuse) de l'Awélé.

T.I.M.E stories ne procure pas de sensations inédites non plus. Si c'est ce que vous cherchez faites plutôt une partie de Trajan dans le métro, un Myrmes en blitz ou un Lords of Scotland une main dans le dos. Mais il est, selon mes gouts, l'essence même du jeu de société et un coopératif parfait. On découvre, on discute, on rigole, on confronte, on se plante, on se marre, on décide, on résout et au final on jubile...ensemble.

T.I.M.E Stories ne révolutionne pas non plus le jeu de société. Mais il fait doucement glisser mon centre d'intérêt de la passion à l'addiction. Ce qui est plutôt cool c'est que mon dealer a déjà quelques doses en stock. J'espère que le junkies seront suffisamment nombreux pour qu'il aille se réapprovisionner régulièrement et reculer ainsi le plus loin possible la période de sevrage.

En attendant je pars sniffer mon paquet de "The Marcy Case".

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default