Ravage ! Ô désespoir !

sur Sylvion
8,0
Attention critique partiale due aux sublimes illustrations d'Élise Plessis, dans un style naïf très réussi ! Sylvion se déroule dans l'univers de l'Onirim et nous propose d'en protéger la forêt du Ravage et de ses élémentaires de feu, dans une incarnation très évocatrice de la puissance destructrice d'un incendie de forêt.
La mécanique de base est celle du tower defense qui nous demande de placer des murs d’eau sur la trajectoire des élémentaires et d’utiliser au mieux les pouvoirs des animaux de la forêt pour déjouer les embûches du Ravage. Sylvion est fondamentalement un jeu solo, mais il est également jouable - et selon moi plus intéressant - à deux joueurs grâce à un système très efficace : chaque carte a un coût de mise en jeu (qui suppose normalement de défausser de zéro à trois autres cartes de sa main). A deux joueurs ceux-ci alternent les tours de jeu et le coût est payé par le coéquipier - ce qui augmente singulièrement la difficulté selon le degré de communication que s'autorisent les joueurs. La partie s'arrête après épuisement des piles du Ravage et n'est gagnée que si la forêt est indemne après l'assaut final.
Sylvion est un jeu qui propose de très nombreuses options (partie d'initiation, partie avancée qui fait intervenir un système très ingénieux de composition du deck, deux extensions optionnelles, jeu en solo ou à deux, avec différents degrés de communication entre les joueurs, modulation des points de vie de la forêt, etc.) mais dont les modes par défaut ne sont pas très judicieux : ainsi la partie d'initiation est quasiment impossible à gagner sans un gros coup de chance alors que la partie avancée est impossible à perdre pour qui connait les automatismes de base du deck building.
En résumé Sylvion est un jeu avec une personnalité forte, un gameplay efficace mais sans doute un peu mécanique et répétitif (en dépit des nombreuses variations proposées) et qu'il faudra régler selon ses propres affinités. Rien à faire, j'adore ce jeu !

Commentaires

Default