Ghost Stories
Ce jeu est sorti le 25 oct. 2008, et a été ajouté en base le 17 avr. 2008 par 20.100

édition 2008
Par Antoine Bauza
Illustré par Piérô La lune
Édité par Repos production

Standalone 9 extensions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Au début tu riz… après tu t’fais Saké !

Petite partie lancée à Nancy où j’abusais de ma carte de prestigieux membre de « la feinte de l’ours »… night and day club de joueurs fanatiques comme moi (bon j’arrête la pub ^^).

Bref, à l’explication des règles, on réalise vite qu’il va falloir chauffer du cortex à chaque tour pour :

- Pas oublier de piocher du méchants (si si, y en a tellement qu’on oublie vite qu’il faut en rajouter… acte manqué ?! mouai !!!)
- Ne point oublier d’appliquer les effets d’entrée, les effets permanents, la pénible avancée des « hanteurs » qui pullulent et affligent les joueurs de leur incessantes menaces !
- Anticiper ce qui risque d’arriver (de mauvais… évidemment) aux collègues pour leur éviter une mort atroce à leur tour (je sauve mon voisin de droite en lui tuant un ghost pour libérer un place sur sa zone, qui lui tue un ghost sur la zone de son voisin qui lui… etc… c’est cool on est tous redevable de son voisin, c’est un jeu de réconciliation !)

Bon, en réalité on souffle les 2 premiers tours… et après, on subit, le déplacement des joueurs est imposés par la présence de tel ou tel ghost à annihiler urgemment sous peine de décès brutal imminent ! On lance les dés (parfois en nombre dérisoire) pour tuer du Ghost énorme et au 2nd (et même parfois 1er) jet de dés foireux… la partie semble déjà prendre un vilain tournant pour les malheureux joueurs qui persistent à maintenir une organisation stratégique alors que tout pousse à se laisser aller à la débâcle.

Bon, seul bémol… on a joué à 3 (ce qui semble corser un peut les maigrelettes chances de victoire), mais j’ai quand même le sentiment qu’il faut cumuler : « une stratégie béton, une organisation d’occupation du terrain sans faille, un usage parcimonieux des pouvoirs des joueurs et une aubaine de pendu à la pioche des ghosts et au jet de dés » pour oser espérer arriver jusqu’au Boss… et lui faire offrande de nos pitoyables points de QI restant pour perdre dans la déception générale !

Nan ça m’a pas des masses détendu… j’ai même chopé des angoisses à « survivre » lors des derniers tours… accueillant finalement la mort de mon joueur avec satisfaction… ouf, c’est fini… enfin !

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default