Shakespeare
Par RV Rigal
Illustré par Arnaud Demaegd et Neriac
Édité par Ystari Games
1 à 4
Joueurs
13 ans et +
Âge
~
Temps de partie
45,00 € prix de vente conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Magic Bazar

Aimer ou ne pas aimer...je ne me pose plus la question...

9,8

J’ai pu faire cette belle acquisition le jour de la sortie du jeu et j’en suis plus que satisfait.

Pour le moment nous avons fait plusieurs parties à deux joueurs, nous allons tenter à 4 très prochainement.

Côté éditorial, si ce n’est qu’il me manquait un pion dans la boite (vu avec le SAV), le matériel est de très bonne qualité : plateau, cartes, pièces et pions. Le thermoformage est bien pensé et bien pratique quoiqu’un peu fragile.

Les illustrations sont vraiment très sympas et il faut dire que ça change : à mon sens (avis qui n’est peut-être pas partagé par tous), les jeux Ystari sont généralement excellents mais souvent austères sur le plan graphique (ce qui ne change rien à la qualité ludique de leurs jeux). En tout cas, pour Shakespeare, on remarque la différence et il faut dire que, visuellement, on ne peut pas passer à côté sans s’y arrêter.

Le plus important : la mécanique.

On se situe bien dans un jeu ou il faut faire les bons choix et ou le moindre point de prestige gagné devient précieux. Les règles sont limpides, la mécanique l’est tout autant : 6 journées (tours) pour faire son jeu, chacune de ces journées étant découpées en 5/6 phases qui s’enchainent parfaitement et rendent le jeu assez immersif. C’est bien pensé et les parties ne s’éternisent pas (sauf si on se retrouve à jouer en face d’une personne qui compte, les cartes, les éléments de décors et qui essaye de calculer ce qui va pouvoir sortir dans les trois prochains tours… dans ce cas, envisagez un sablier )

Je pense qu’à 4 joueurs, le jeu devient un peu plus agressif et que les stratégies doivent évoluer car, l’ordre du tour étant déterminé par une phase d’enchère, on peut très vite s’interroger sur les éléments de jeu (éléments de décors/costumes voire acteurs ou décorateurs/costumières) qui resteront disponibles au moment où viendra notre tour (un peu comme la frustration qu’on peut ressentir dans Elysium lorsqu’on est le 4ème joueur à jouer) Expression à retenir donc pour la première phase de jeu : « Miser ou ne pas miser, telle est la question… »

Bref c’est un très bon jeu ou le thème du théâtre est bel et bien présent ce qui le rend d’ailleurs plutôt immersif : le genre d’immersion que j’avais ressenti en jouant à Myrmes J

Allez je vous laisse, je dois répéter l’acte 2 avec Hamlet…

Commentaires

Default