Ce jeu est sorti le 6 avr. 2013, et a été ajouté en base le 6 avr. 2013 par le Polack

édition 2012
Par Stefan Feld
Illustré par Jo Hartwig
Édité par Ammonit-spiel

Standalone 3 éditions
45,00 €
Prix conseillé
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Boutique LudiqueBouton pour acheter sur Amazon

Ah wé le jeu est quelquefois rajan !

Trajan est un jeu de gestion qui pourrait paraître très classique sur le fond.
On reste sur de la pose d'ouvriers et les façons de marquer des points ont été maintes fois vues dans d'autres jeux de ce type.
L'originalité de Trajan vient du moyen employé pour programmer ses actions...
Un mécanisme emprunté à l'Awele oblige les joueurs à se triturer l'esprit pour essaimer les pions dans les écuelles qui permettent d'activer l'action désirée. Un « jeu dans le jeu » que je trouve original et motivant mais pas simple à maîtriser.
Le matériel est de très bonne facture et surtout très fonctionnel. La boîte est lourde et contient un immense plateau ainsi que des petits plateaux individuels épais très solides ce qui est loin d'être le cas pour bon nombre d'autres créations...
Le graphisme et les illustrations manquent réellement d'élégance ce qui constitue à mon sens le point faible du jeu. On passera sur le plaquage du thème encore plus marqué que d'habitude dans ce genre de réalisation.
Dans Trajan il existe de multiples manières de marquer des points qui font qu'un joueur ne peut pas se battre sur tous les fronts. Il faudra donc surtout choisir le moment opportun et planifier au mieux ses actions pour s'emparer avant les autres des tuiles convoitées.
Les volontés du peuple doivent être impérativement prise en compte sous peine de cruelle déconvenue. Le sénat est un bon moyen de marquer des points immédiatement mais aussi de s'emparer des tuiles bonus très lucratives pour le décompte final. La guerre est également un excellent moyen de marquer des points et au passage de récupérer des tuiles toujours utiles. La construction permet à la fois de refaire une action et de marquer des points si l'on arrive à collectionner les bonnes tuiles. Le commerce maritime introduit un peu de hasard dans le tirage de cartes qu'il faut s'efforcer de collectionner pour engranger de précieux points de victoire.
Enfin l'action « trajan » constitue un double effet très rentable. Elle permet de choisir des tuiles du même nom et de tenter de les réaliser au moyen de son « awele ».
La complexité de maîtriser ce dernier rend très difficile la planification des actions sur le long terme. Ce point pourra rebuter certains joueurs qui veulent toujours tout contrôler. Trajan est finalement plus un jeu d’opportuniste que de stratégie pure.
Sous des airs assez austères, le jeu reste en effet très accessible et agréable à pratiquer. L’interaction semble au premier abord assez discrète mais elle se manifeste parfois de manière assez brutale dans la course aux tuiles.
Un mot encore sur la fluidité qui reste bonne tant qu'un joueur ne bloque pas sur sa roue et sur la tension toujours palpable d'un bout à l'autre de la partie.
La grande diversité des actions et des tuiles donne au départ une impression de (trop) grande richesse. Les façons multiples de marquer des points peuvent effrayer le néophyte. La maîtrise de la chose demande impérativement quelques parties pour en apprécier les finesses et réaliser les meilleures combinaisons...
Trajan est un jeu de gestion de haute volée. Dommage que l'illustration ne soit pas à la hauteur.
Encore une réussite à mettre à l'actif d'un grand auteur de jeu qu'est Stéfan Feld.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default