Metropolys
Ce jeu est sorti le 29 mars 2008, et a été ajouté en base le 18 déc. 2007 par Monsieur Phal

édition 2008
Par Sébastien Pauchon
Illustré par Mathieu Leyssenne
Édité par Ystari Games
Distribué par Millennium

Standalone 1 extension
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Ah, Metropolys...

Passons rapidement sur la question de la forme, bien qu'elle ne soit pas anodine. La boite est très belle, c'est même une des plus belles de ma collection. Voilà. Le plateau quant à lui, où le choix graphique est tout autre -- et assez radical --devient très beau quand, immmergés dans le jeu, on se penche sur les quartiers avec tous leurs petits détails.

On oublie vite, d'ailleurs, en jouant, ces questions de forme et le manque de contrastes se dissipe dès la deuxième partie. Car le jeu en lui-même est passionnant et totalement immersif. Plein de choix, de sacrifice, de bluff et d'élaboration de stratégies à moyen terme s'ouvrent à nous. Faisant parfois penser, au niveau des sensations, à un jeu de go fun, ou à des échecs au nez rouge, ce jeu est à la fois très facile d'accès et extrêmement complexe.

A noter que l'on est tout de même en présence d'un jeu relativement abstrait où le thème n'est pas prépondérant. Mais on peut y jouer sans trop se prendre la tête comme prendre le temps de murir ses stratégies.

Les mécanismes d'enchère et de placement se combinent parfaitement pour rendre les parties très interactives, alternant des phases de bluff (visant à forcer les coups de l'adversaire, à le tromper sur notre objectif, à lui faire prendre un site archéologique) et des choix stratégiques pas évidents (sacrifier des points, un immeuble de haute valeur, prendre un placement pas très utile dans le but de prendre la main ou une impasse...)

Il est d'ailleurs tout à fait intéressant à ce titre que nous soient proposées des versions, aux intitulés trompeurs, "familiale" et "expert". L'une très épurée mais agréable, l'autre obligeant à prendre en compte de multiples paramètres qui entrent parfois en conflit. Chacun aura sa préférence, de la même manière que pour le nombre de joueurs. Les différentes configurations tournent aussi bien les unes que les autres. Sans doute induisent-elles également des manières très différentes de jouer -- qui renouvellent bien les parties.

Une réussite.

NB. Une réserve cependant: il faudra voir dans quelque temps ce qu'il en est de l'envie de rejouer à ce jeu dont les mécanismes, tout de même, priment sur l'esthétique et le thème. C'est mon interrogation à l'heure actuelle. Elle m'est sans doute très personnelle.

Edit. Effectivemment, quelque temps plus tard je m'apperçois que j'ai du mal à proposer ce jeu, à avoir envie de le sortir, malgré ses qualités évidentes. Peut-être que l'esthétique et la thématique me manquent. Peut-être qu'il est un peu trop calculatoire pour moi. On verra par la suite.

Edit. En fait, on y revient. ce désamour était passager.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default