Ce jeu est sorti le 5 avr. 2004, et a été ajouté en base le 16 mars 2004 par Monsieur Phal

édition 2004
Par Croc
Édité par Asmodée
Distribué par Asmodée

Standalone

ADD 1ère édition

Nombre de parties jouées: 2 (à 4 joueurs)

Au commencement, les dieux créèrent les cieux et la terre. La terre était informe et vide et ils décidèrent de la peupler pour animer leur morne existence.Tout était en place au départ, et avec tous les classiques de l'heroic fantasy: les gobelins, orcs, géants et barbares pour les brutes épaisses (ça change), les classiques elfes déclinés sous différents parfums (bois, noirs, sans sucre), les nains retranchés dans leur montagne, les sorciers et les nécromants pour un brin de magie, les hobbits de la Comté et les pirates des Caraïbes parce que c'est vendeur, puis quelques amazones et fées (bien minoritaires) pour respecter les quotas de parité. Vu le nombre, les dieux vont un peu être mis à mal à la mise en place...
Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier tour...

Mais les dieux sont manipulateurs. S'appropriant dès le départ un des plus gros peuples, chaque dieu va alors déclencher des rixes. Suit véritablement une grande période de confusion et on ne pourrait retenir que le chaos qui s'en dégage. On a que peu d'infos puisque 3 de nos peuples ne seront révélés que plus tard et paradoxalement on a beaucoup de possibilités:
- on peut faire combattre n'importe quel peuple contre n'importe quel peuple (on en a même l’obligation), alors lesquels choisir sans trop se révéler, ou pourrir un de ses espoirs non connus de toute façon
- on peut utiliser sa main de 8 cartes action (à gérer pour toute la partie et les paris, ce qui est assez intéressant) mais qui dit qu'une carte apparemment inutile ne sera pas vitale une fois plus d’infos dévoilés (ou pour les paris)
Pour rajouter aux choix, les dieux ont des pouvoirs uniques qui vont diversifier et renouveler les parties.
Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le deuxième tour...

Devant tant de combats, il fallait trouver l'élément pouvant les départager... Et les dieux créèrent le dé! Et lancer le dé quand il veut pas faire le bon nombre, ça a de quoi rendre n’importe quel joueur krazey. Ou de frustrer les joueurs les plus rodyés. Surtout que si un joueur veut pourrir notre belle stratégie et nous entraîner dans sa chute, il aura de fortes chances d’y arriver. Et si en plus, on ajoute la part de hasard du tirage des cartes destinées (peuples à des positions plus stratégiques), on se demande si il reste une part de stratégie dans tout ça. On peut alors se dire que le bluff lié à la révélation des peuples peut alors compenser cette part de chance.
Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le troisième tour...

Mais y a pas à dire le jeu tourne plutôt bien pour peu qu’on ne réfléchisse pas trop entre chaque tour. Et à le pratiquer je trouve qu’il y a plus de profondeur derrière le bordel apparent. Un bon jeu d’ambiance avec Dédé pour peu qu’on accroche au thème, comme on a pu décrire la Crique des Pirates dans un autre genre. Simplement la crique, le hasard est bien plus difficile à gérer (ici, on peut se débrouiller pour gagner automatiquement des combats, le dé ne permettant que de faire une réussite exceptionnelle), les cartes bien plus déséquilibrées... D’ailleurs, la manière d’utiliser les cartes actions est une des bonnes idées du jeu : 1 choix parmi 5 possibilités (combat, amélioration, action spécifique, colère des dieux et pari, ces 2 dernières à certaines conditions). Elle apporte suffisamment de flexibilité pour braver les aléas.
Va donc falloir filouter ou « chouiner » (ie râler) pour pas trop se faire taper, ou simplement se faire oublier.
En fait, y a juste les réussites sur un 4+ au dé (et échec critique sur un 1) dont je me passerai bien, d’autant plus que ça donne une image « drôlesque » (l’auteur est le créateur du jeu de rôles INS/MV entre autre, je crois) qui le dessert. C'est un jeu de plateau atypique (un peu chargé et clinquant), rétro et stéréotypé dans ses mécanismes, mais rempli de bonnes idées. Pour peu de ne pas être allergique aux jeux très chaotiques, il mérite clairement qu’on s’y attarde ! J’avoue ne pas être particulièrement demandeur de ce type de jeu (d’où une note oscillant entre 3 et 4, j'aime quand même mieux les mécaniques allemandes bien huilés, c'est tout), mais j’ai été agréablement surpris et je ne dirai pas non si on me le propose à l'occasion. Surtout ça m'a laissé perplexe et je pense que le jeu gagne en richesse à être rejoué. Le gros point noir reste la durée: dans les 2h30, c'est une heure de trop pour un jeu de ce style...
Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le dernier tour...

Pour finir quitte à jouer un dieu (avec des dés) je préfère quand même Lords of Creation de Wallace...

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default