Ce jeu est sorti le 7 nov. 2008, et a été ajouté en base le 5 sept. 2008 par 20.100

édition 2008
Par Donald X. Vaccarino
Illustré par Matthias Catrein
Édité par Rio Grande Games, Hans im Glück et Filosofia
Distribué par Asmodée

Standalone 9 extensions 9 éditions

Ab(d)omin(i)able

Passons sur le prix, totalement surfait quoi qu'on en dise pour ces 300 cartes de même pas spécialement bonne qualité, et pour un jeu également traduit, dans sa version allemande, que l'on trouve pour 20 euros de moins. Mais, j'ai dû prendre la version française, car du texte, il y en a, même si tout cela aurait certainement pu être remplacé par des icônes, vu l'absence de connexion du texte avec un quelconque thème.

Je peux passer sur le prix, mais pas :
- sur les illustrations, laides et de mauvais goût (prenez un peintre du dimanche et faites-lui dessiner des scènes du Moyen Âge avec des couleurs criardes et monotones - cet avis n'engageant que moi bien sûr), je n'ai en effet pas eu la chance de jouer avec la version Menzel
- sur le thermoformage qui oblige à aligner les cartes de façon totalement illogique par rapport au jeu lui-même
- sur la règle avec un fond bleu turquoise rendant le texte noir en caractères microscopiques difficile à lire, même sans être presbyte
- sur les exemples illustrés avec des micro-dessins de cartes sans légende et tout aussi pénibles à déchiffrer
- sur le thème totalement absent, ou plutôt, totalement artificiel et plaqué, malgré la promesse d'une seigneurie à bâtir
- sur la mécanique de jeu utilisant seulement une poignée de cartes par partie
- sur la répétitivité inéluctable des gestes et manoeuvres durant le jeu (pioche, défausse, pioche, défause, etc.)
- sur le hasard qui fausse les compétences des joueurs, pour autant qu'ils partent à armes égales (expérience du jeu), car le hasard détermine l'ordre de la pioche des cartes, et par conséquent, les probabilités de remporter la partie sur un bon coup du hasard, ce qui m'apparaît comme vraiment pénible lorsque l'on nous fait miroiter un jeu d'optimisation. Comment optimiser le hasard ?
- sur l'interaction égale au niveau zéro : pas d'échanges, pas de vrais coups bas, pas d'anticipation sur les choix de l'adversaire, pas de discussion, pas de partage, pas d'humour, pas d'embûches à placer, rien
- sur l'ennui profond qui m'a gagnée à chaque partie (à 2 et 4 joueurs), même si essayer de constituer le meilleur deck possible est un défi qui pouvait m'enthousiasmer de prime abord
- sur le fait que l'intérêt d'accumuler des points avec un tel système me paraît bien absent
- sur ma déception, sans doute à la hauteur des louanges entendues et lues sur ce site et d'autres

Bref, c'est un jeu qui ne me convient pas, et que je trouve malgré tout doté d'un principe original, mais à mon goût absolument pas abouti. On se contente dans Dominion de fourbir ses armes, mais elles ne servent à rien, ce que je trouve totalement démotivant.

Un jeu pour dimanches (très) pluvieux, quand l'envie de se lancer dans la collection frénétique de cartes surgit (et encore, la collection est limitée à 10 cartes différentes, en plus très moches), mais autrement, je passe mon chemin !

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default