Les Châteaux de Bourgogne
Ce jeu est sorti le 7 avr. 2010, et a été ajouté en base le 24 oct. 2010 par OliveMontpellier

édition 2011
Par Stefan Feld
Illustré par Julien Delval et Harald Lieske
Édité par Ravensburger et Alea
Distribué par IELLO

Standalone 3 extensions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

Aaaaallez vient jouer un petit coup à la maison...

Ha, qu’il est bon quand Ravensburger décide de faire du jeu pour joueurs avertis. Parce qu’un joueur averti en vaut deux, et que moi j’aime bien valoir deux.

Avec « Les châteaux de Bourgogne », nous ne sommes pas vraiment dans du pur jeu de l’intelligence pure pour « gamers » qui va durer deux heures avec des dizaines de pions dans tous les sens. Mais ce n’est pas non plus du « facile familial » qu’un enfant de 8 ans peut y jouer. Non. C’est de l’Aléa. Et du très bon Aléa. De ces jeux qui, si on fournit un tout petit effort, peut être compris par tout à chacun. Parce que la mécanique est simple, et logique. Un jeu avec une courbe d’apprentissage intéressante. Au début, vous essayez des trucs et puis à la fin de votre première partie vous vous dites « Ha oui, ok, j’aurais du faire ça, j’aurais optimisé mon placement et rentabilisé mes dés pour faire ça et donc enchainer sur ça… » et là, vous avez envie d’en faire une autre.

Oui, il y a des dés. Mais, et c’est assez tendance chez quelques auteurs, le propos est de contrôler ces dés, cette part de hasard. Il y a des brouettes de dés, mais vous allez pouvoir en faire ce que vous voulez, les transformer même. Et là, si votre coup ne marche pas, c’est que vous avez mal géré et vous ne pourrez vous en prendre qu’à vous même. Enfin, vous pourrez toujours accuser les autres d’avoir eu plus de chance. Oui. Quand même un peu. Mais c’est ce contrôle du hasard qui fait tout le sel de ce type de jeu. La petite dose d’aléatoire qui va vous faire monter l’adrénaline parce que ça passe à un poil de rien du tout.

« Les châteaux de Bourgogne » nous propose de gérer un petit espace devant soi, mais vous ne jouez pas dans votre coin, car il va falloir surveiller ce que font les autres, savoir ce qui les intéresse pour agir avant eux, ou changer son fusil d’épaule. Enfin, quand je parle de fusil, c’est une image, il n’y a pas de combat dans « Les châteaux de Bourgogne ».

Le thème ? Ha, moi, je m'en fous du thème, parce que d'abord je ne bois pas et que la Bourgogne et ses châteaux, ça ne me fait pas rêver, et que dans ce type de jeux, c'est la mécanique qui m’intéresse. Alors le thème...

Bref, c’est un jeu pour les opportunistes gestionnaires. Un jeu pour moi quoi. De ceux que je ressors avec un plaisir non dissimulé. De ces jeux qui me rappellent pourquoi j’aime jouer et pourquoi chez Aléa ils savent me séduire.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default