Aaaaah ! Qu'il est bon d'être un faux aventurier !

8,0

Je sais, je n'ai probablement pas l'air objectif sur les jeu Cheapass... Mais vraiment je les aime bien !

En voici encore un qui sortira souvent de votre armoire, et c'est franchement pour moi une des qualités majeures d'un jeu.

Les cheapass changent du processus de création allemand qui est bien souvent : Une bonne mécanique à laquelle on plaque un thème souvent factice.

Ici, rien de tout cela. Ce jeu est avant tout un thème :

Durant la grande période des expéditions britanniques (Rappelez vous du tour du monde en 80 jours !) vous êtes un de ces Gentlemen qui cherche à se faire mousser auprès de ses semblable en leur racontant des histoire d'expéditions fabuleuses et aventurières.
Mais voilà... Vous n'êtes pas un aventurier et vous n'avez clairement pas envie de quitter votre douillet petit Londres natal. Alors vous allez bidonner une histoire en récupérant ça et là dans Londres des anecdotes croustillantes, des antiquités mystérieuses, des témoignages de héros qui auraient été à vos côtés.
Car il faut qu'elle soit crédible votre expédition, crédible jusque que dans le temps que vous allez passer à vous cacher dans Londres pour faire croire que vous êtes aux Pôles, en Asie, en Equateur ou en Afrique !

Et tous les joueurs vont tacher de faire de plus belles expéditions que vous ! Et tout le monde ment !…

Mais une personne n’aime pas les faux aventurier : Captain Park ! Il traquera tous les bidonneurs pour tacher de les dénoncer. Et il peut être collant Captain Park !

Le matériel : C’est du Cheapass, à savoir un plateau minimum et, pour une fois, de cartes plutôt jolies (voilà qui change !).
Mais franchement, on s’en moque du matériel qui est bien suffisant car le rôle play va être là et bien là. Il ne vous faudra pas longtemps pour expliquer vos expédition et on pourrait se créer rapidement un règle qui prime la plus belle histoire !

La mécanique : Plus fine qu’elle n’en n’a l’air.
Au départ, je dois avouer que j’étais décontenancé. Les cartes apportent nécessairement une part de hasard mais contrebalancé par le choix des destinations d’expéditions possible. A vous de choisir l’expédition qui colle le mieux à votre jeu. Mais j’avais l’impression d’un manque de contrôle. Un peu comme si les tours se cantonnaient à tirer des cartes et à les poser au bon endroit sans avoir de réelle prise sur l’élément clef : Captain park.
Mais au bout de quelques tours on saisi un point clef : poser des cartes ne sert pas nécessairement à vous faire gagner des points mais parfois surtout à faire bouger le terrible Capitaine. Et quand vous faite bouger le Capitaine, vous rejouez ! Alors on se garde des cartes en réserve pour se faire des tour ou l’on joue 3 ou 4 fois d’affilée pour faire courir Captain sur un autre (ou des autres) joueur tout en tachant de s’en tenir le plus éloigné possible. Avec un peu de collaboration avec d’autre joueurs, vous pourrez essayer griller un joueur un peu trop en tête.
Et vous serez toujours confronté au choix entre un expédition courte pour voler d’éventuels bonus et faire un nombre restreint de points ou un expédition longue et rapportant beaucoup.

En tout cas, tous les joueurs que je connais qui ont testé Captain Park (et certains sont des hardcore gamers) se sont vraiment amusé avec ce jeu. Les quelques screugneugneux lancés durant les premières minutes par des joueurs préférant des règles plus bourrines (oui, je sais, ce n’est pas Dune, ni Puerto Rico, ni Euphrat et Tigris) se sont vites effacés face au plaisir de l’aventure ! Et c’est le principal n’est ce pas ?

Bref, je classe Captain Park dans les bons jeux. De plus c’est un bon jeu à 7.5$, soit environ 7 Euros… Alors pourquoi se priver !

Commentaires

Default