Ce jeu est sorti le 6 oct. 2008, et a été ajouté en base le 15 janv. 2013 par Monsieur Phal

édition 2013
Par Matt Leacock
Illustré par Chris Quilliams
Édité par Filosofia
Distribué par Asmodee

Standalone 7 extensions 5 éditions

Il est mortel

Je ne suis pas amateur de jeu coopératif, au contraire. Je préfère en général les jeux de compétition, ou à la rigueur les semi-coopératifs, traîtrise incluse. Mais voilà, à ma grande surprise, Pandémie est un de mes jeux préférés.

Je passe rapidement sur ce qui constitue selon moi les défauts du jeu : les cubes maladies, qui aurait dû faire moins cube et plus maladie ; l'inintérêt de certaines cartes rôles ( je peux me tromper bien sûr, mais d'après mon ressenti le planificateur d'urgence dispose d'un pouvoir très faible, et la spécialiste de la mise en quarantaine est tributaire de la pioche quand dans le même rôle, le médecin s'avère plus pratique) ; et je ne vois rien d'autre.

Voici maintenant dans l'ordre décroissant les raisons qui me font aimer ce jeu :
_l'immersion. Je reconnais qu'il faut quelques parties pour se plonger dans cet atmosphère propre à "Pandémie", mais il a le mérite d'en avoir une propre.
_le thème. Cela va de paire avec le point ci-dessus. Le mérite de ce jeu, c'est de proposer un thème vraiment pas banal. Et pour le coup, cette originalité paie.
_la mécanique. Un peu compliqué de prime abord, comme elle se répète à l'identique à chaque tour, elle s'assimile au final assez bien. Et elle fait merveille.

Je passe sur les réussites moindres de ce jeu, pour me concentrer sur ce qui est essentiel à mes yeux, à savoir les 3 points ci-dessus. Comment s'articulent-ils ? Qu'est-ce qu'une partie de "Pandémie" ?

La première idée qui me vient, c'est qu'il s'agit d'une course à handicap. Dès le début, les maladies font des ravages, et le jeu ne nous laisse pas le loisir de flâner. Chaque action doit être optimisée, car les maladies, elles, prolifèrent à chaque tour à une vitesse qui peut très facilement passer de rapide à incontrôlable. Chaque tour de jeu implique donc, et cela s'accorde à merveille avec le thème, une responsabilité énorme : une erreur de votre part, et c'est peut-être la catastrophe.
"Pandémie" me paraît être assez difficile. C'est un jeu où la victoire se mérite, un jeu exigeant. A mes yeux, cela joue en sa faveur, mais ça ne plaira pas à tout le monde.
Je voudrais maintenant souligner un point que je ne crois avoir vu traiter nulle part. En dépit de mécaniques impeccables et implacables, "Pandémie" n'est pas un jeu glacé, froidement calculateur. C'est un jeu doté d'une personnalité, même si elle ne se laisse pas facilement percevoir. Chacune des 4 maladies à combattre a son propre comportement, et l'on pourrait presque dire son propre caractère, que l'on apprend à connaître. A cela s'ajoute le chaos répandu par la pioche, qui vient à chaque tour déstabiliser les plans les mieux conçus. Et c'est parce qu'il nous fait combattre des menaces personnalisées, particulières, dans des conditions apocalyptiques que, pour peu qu'on lui en laisse la chance, "Pandémie" sera bien plus qu'un jeu, ou un combat : une aventure.
 Les moins

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default