Miskatonic Lycée de Jeunes Filles
Ce jeu a été ajouté en base le 6 févr. 2015

édition 2014
Par Luke Peterschmidt
Illustré par Betsy Peterschmidt
Édité par Edge Entertainment

Standalone
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon
OU

A Miskatonic la discipline est un peu trop stricte

Miskatonic – Lycée de Jeunes Filles est la traduction française (la traduction des règles chez Edge n’est d’ailleurs pas un modèle du genre) d’un jeu américain issu d’un Kickstarter financé en 2011. Depuis que les droits de l'œuvre de Lovecraft sont tombés dans le domaine public on a le droit à du Cthulhu à toutes les sauces - ce qui permet de profiter à moindre frais d'un univers évocateur et de s'adresser à un public déjà conquis - au prix de l'affaiblissement de la singularité du mythe. Miskatonic ne fait pas exception mais il le fait avec dérision et originalité. Il s’agit d’un deck-building simplifié, très joliment illustré et avec un thème décalé : il s’agit d’être le dernier joueur dont la classe de lycéennes n’a pas totalement sombré dans la folie au contact des enseignants malsains du lycée Miskatonic. J’étais très curieux de ce jeu du fait de son thème débile et de la promesse d’un gameplay méchant et un peu foutraque mais aussi réservé du fait de son prix un tantinet élevé à mon goût et d’un accueil critique mitigé sur BoardGameGeek. Et à raison me semble-t-il. Une critique sur BGG précisait : « point fort : plaît à ma nièce de 8 ans ; point faible : plaît à ma nièce de 8 ans ». C’est exactement ça ! En fait l’idée de base est bonne (et potentiellement fun) mais le jeu est beaucoup trop fermé et encadré. On a presque l’impression qu’il joue à notre place et, de fait, le joueur n’a que trop rarement l’opportunité de comboter ou de jouer des vraies vacheries à ses adversaires. En l’état le jeu n’est pas suffisamment intéressant et beaucoup trop sage et, malheureusement, je n'ai pas l'impression qu’une extension ou même une édition corrigée viendra remédier à ce manque de prise sur le déroulement du jeu. Avec Miskatonic on tient un exemple du principal problème du financement participatif : un résultat brouillon et qui manque du travail éditorial qui aurait gommé les scories et sublimé les bonnes idées.

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default