A gauche en sortant de l'ascenseur

8,0

A l'image de l'ascenseur lui-même, l'immersion dans le jeu est à la fois lente et immédiate.
Le jeu est simple (il fallait y penser) et tout le sel des parties vient des amnésies ponctuelles et purement humaines de chaque participant.
Chacun va à sa façon tenter de s'approprier une mémoire qui flanche et de batailler dur pour se débarrasser de ses cartes.
Le hasard intervient juste ce qu'il faut pour donner les indices nécessaires à la reconnaissance de deux ou trois personnages de départ et les souvenirs se chargent du reste.
Les illustrations datent un peu mais l'intérêt ludique n'est pas là, et ces dernières sont suffisamment explicites pour faire le rapprochement entre le Personnage et l'Objet qui le caractérise.
Paternoster est un très bon exercice pour activer voire entretenir son sens de la logique et sa mémoire, ce qui ne plaira pas forcément à ceux pour qui le jeu n'est pas une prise de tête mais un amusement.

Commentaires

Default