Ce jeu est sorti le 10 janv. 2010, et a été ajouté en base le 10 janv. 2010 par Monsieur Phal

édition 2010
Par Martin Wallace
Illustré par Luca Zamoc
Édité par Warfrog

Standalone 2 éditions
Achetez le sur
Bouton pour acheter sur PhilibertBouton pour acheter sur Amazon

A-bomb, Sex-bomb

Attention, l'avis qui va suivre ne contient probablement ni logique ni objectivité

Si vous ne vous sentez pas attirés par la plus belle boîte de la création ludique (et j'en profite pour féliciter au passage l'illustrateur, il se reconnaîtra s'il comprend le français et qu'il traîne occasionnellement sur TT - autant écrire que c'est pas gagné) ou par l'un des thèmes les plus déjantés que les jeux de plateaux aient traité jusqu'ici, alors je vous conseillerais probablement de passer votre chemin sur Moongha Invaders.

Car le jeu, bien qu'estampillé de la patte du génial et vénéré (ou détesté) maestro, comporte pas mal d'imperfections.

Les mécanismes font directement penser à du Wallace: on retrouve son style, aucun doute là-dessus. Certes rien d'original ou de très subtil en comparaison du reste de sa production, mais cela n'empêche pas la sauce de prendre. Ouf.

Les règles sont claires (ô miracle) mais sont incomplètes puisque certains cas de figures ne sont pas abordés (les fameuses exceptions wallaciennes...).

L'équilibre du jeu me paraît compromis sur divers points. Certains monstres ne sont pas ou peu utiles, rendant leur utilisation très confidentielle, et le système de placement des unités militaires trahissent vos objectifs secrets (qui du coup ne sont plus secrets). A se demander si la bête a été convenablement/suffisamment testée...

Sa durée de vie ne devrait probablement pas atteindre des sommets, hélas: le jeu n'atteint pas des niveaux transcendants de profondeur ou de finesse que pour permettre de varier les stratégies. C'est gras, bourrin, et ça poutre un max. Faut réfléchir un peu quand même, mais pas besoin de faire 20 parties pour comprendre ce qu'il faut faire.

En gros, il va falloir compter sur la moule pour gagner. Pas celle des lancés de dés, mais celle qui fait venir les méchants monstres dans vos villes...ou pas.

Cependant, impossible de nier la force du thème dont le rendu est excellent, tout comme le travail de l'illustrateur qui nous fait replonger dans l'univers croustillant des séries B de science-fiction des années 50-60.

En résumé, Moongha Invaders c'est du vrai-faux Wallace.

Vrai: à mi-chemin entre les influences teutonnes et US, thème fort, meilleur à 4 que 3.

Faux: règles bien écrites, artwork réussi, manque de profondeur et d'aboutissement, thème super sex.

On tient ici un titre avec le cul entre 2 chaises, qui pourrait aussi bien plaire aux amateurs de jeux de gestion qu'aux ameritrashers gros fans du cassage de poignet. Comme il ne pourrait satisfaire aucun des deux genres pour son manque de variété et de finition (je n'entends pas cette dernière remarque d'un point de vue matériel, même si le jeu gagnerait à être joué avec des figurines).

Dans l'absolu, je lui aurait probablement collé un 3, mais la régression mentale dont je suis victime quand j'y joue est tout simplement trop forte. Dieu que c'est bon.


[i]Nb de parties: 3

 Voir d'autres avis...

Commentaires

Default