Docteur Mops

Un nouveau Jungle Speed ??? Des révélations !

Un nouveau Jungle Speed ??? Des révélations !

Que celle ou celui qui ne connait pas encore le "Jungle Speed" me jette le premier totem !

Le "Jungle Speed", ce jeu traditionnel des indiens Pingwaniee fut (re) découvert en 1983 par Thomas Vuarchex et Pierric Yakovenko lors de l'une de leurs expéditions en Malombie orientale.

Ils furent les premiers et les derniers à rencontrer cette tribu restée à l'âge du totem. Malgré les recherches, la transMalombienne creusée à force des bulldozers aura eu raison de leur fragile existence et les deux compagnons aventuriers ne conservèrent que quelques totems sculptés et peints qui servirent de modèles aux premières versions de ce jeu qui devait connaître la célébrité mondiale.

Default

Aujourd'hui, les deux millionnaires dilettantes sont revenus de leur périple humanitaire et ont décidés de dévoiler la règle originale du jeu, retranscrivant son principe totémique et shamanique dans son univers sylvestre telle quelle était consignée de leur main et conservée précieusement au musée du Quai Branly. (Elle fut pourtant dérobée puis retrouvée mais ceci est une autre histoire)

Jugée trop complexe à l'époque, les deux socio-ethno-ludologues n'étaient plus certains que leur retranscription était juste. Le dialecte des Pingwaniee bien que proche des Guleenoks avait souvent des concepts bien endémiques et sibyllins.

On pourra donc parler d'une approximation mais contrairement aux premières versions, le jeu reprend ici tout son matériel d'origine avec ses cinq totems. Oui parfaitement, cinq totems comme les cinq éléments de la cosmologie Pingwanienne : la fourmi, la viande, la feuille, la banane et le poisson.

Ce sont là toutes les denrées consommables de leur habitat qui compose donc tous les êtres vivants. Chacun d'eux étant lié à un totem tandis que les êtres humains comme ils se nommaient eux-même étaient liés aux cinq.

Default

Chaque totem avait donc son esprit rattaché : le fourmilier, le lion, la girafe, le singe, le pélican.

Tandis que par ailleurs d'autres animaux tabous ne dépendaient pas de totems ce qui expliquaient leurs grandes colères : le tigre, le buffle, l'éléphant, le gorille et le crocodile.

Chacun de ces sans-totem fait l'objet d'une danse rituelle.

Enfin le Caméléon, animal sacré du groupe se reconnait dans tous les totems. Non pas par sa nourriture mais par la couleur qu'il prend puisque chaque totem représente aussi une couleur.

Enfin le terrible chasseur peut venir prendre le manger des autres membres de la tribu...

Contrairement à son prédécesseur, ce "Jungle Speed Safari" ne consiste pas à se débarrasser de ses cartes. Les palombiens jouent avec dés en dent de kangourous. Cela rappelle au passage l'incroyable biodiversité de ce pays.
Pour plus de commodités, les auteurs y ont substitués des cartes plus commodes à identifier...

On s'en reparle plus en détail bientôt.

Nous avons réussi à apercevoir un prototype finalisé. Le projet avance donc mais aucune date n'est encore arrêté puisque le jeu devrait sortir en même temps que se tiendra la grande exposition sur la culture disparue Pingwaniee.

"Jungle Speed Safari"
Un jeu de Thomas Vuarchex & Pieric Yakovenko
Illustré par Ludovic Hell
Publié chez Asmodee en collaboration avec l'ambassade de Malombie.
Pour 2 à 6 shamans d'au moins 5 ans
Tout public et jeunesse avec des doigts
Durée : 20 min
Disponible bientôt de plus tard de pas tout de suite

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (7)

Default
naok
naok

Ma ché, qué c'est poultant molto simplé! Qué il souffit dé soupelposer les totems les ounes soul les autles, hé!.. Mmm? Qué passa? Qué je encole dit oune connelie, ou quoi?! Qu'est-ce qui a?! Mmm?..

aviapics
aviapics

J'ai eu l'occasion de jouer avec le proto au Festival du jeu a Cannes, tres sympa a 2, peut devenir compliqué a plus car certains seront forcement plus pres de certains totem et plus loin des autres.
A part ca, que du fun!

naok
naok

Si vous m'croyez pas, tant pis. Mais arrétez de m'embêter sinon j'le dis à tout le monde que le jeu, avant d'arriver chez l'éditeur, avait pour nom "Jungle Speed Sarfati", et pour slogan, tel un aveu de non-évidence, "Ben alors faut rigoler!.." On verra qui c'est qu'y'est si malin. Bon. Non mais. Ho. J'ai pas peur, hein.

Tom Vuarchex
Tom Vuarchex

Des rennes en Camargue ... Mr naok, je vais instamment relever votre IP, et que ça urge, et la livrer en pâture à l'amicale des gardians brigadistes histoire qu'ils s'entretiennent avec vous et un pal aiguisé pour vous éclairer sur les mystères de la Zoologie méditerranéenne.

Docteur Mops
Docteur Mops

La fête du 14 juillet en Malombie ? Allons un peu de sérieux !

naok
naok

Il ne serait sans doute pas inutile de préciser, pour les amoureux de la nature, que les dents de kangourous en question sont simplement ramassées à même le sol le jour suivant le rituel annuel de combats de boxe entre mâles se déroulant la nuit qui coïncide avec la seconde pleine lune du mois de mai, quand il y en a une seconde, car sinon c'est reporté au 10 novembre et là du coup il fait moins chaud, quoique souvent on ait pu observé dans ce cas des fois où ça se passait le 14 juillet, au moment du feu d'artifice. Oui, car il faut savoir que les kangourous font partie des espèces les plus craintes des palombiens, la nature ayant bizarrement fait que les phéromones sexuelles dégagées par ces derniers correspondent à 98% avec celles des kangourous femelles. L'angoisse!.. Ce n'est d'ailleurs pas le seul cas existant, l'autre cas le plus connu et plus proche de nous étant celui du ramassage des bois de rennes, en Camargue, dont on se sert pour faire des guidons.

matmax54
matmax54

"Cela rappelle au passage l'incroyable biodiversité de ce pays."
très bon ! comme toujours !

Sinon, n'ayant pas rejoué à Jungle speed depuis des lustres, cela éveille ma curiosité ! Ceci ne semble pas une enième déclinaison mais bien un jeu avec un nouveau parfum!