Trophée du Flip, les gagnants sont

Trophée du Flip, les gagnants sont
Monsieur Phal

Le Flip de Parthenay, c’est là d’en ce moment. Oui. Et il y a les trophées des créateurs, même que pour cette 25e année de festival c’est le Docteur Mops qui était président du Jury. Oui. Du coup, nous sommes à même de vous annoncer les résultats en quasi direct. Oui.

Le Prix du public a été attribué à « The Boss » d’ Alain Ollier . Le pitch : les joueurs misent des pions pour prendre le pouvoir avec leur groupe maffieux des grandes villes américaines. Ces villes peuvent rapporter des points de victoire ou des ennuis. Une carte de la couleur de la ville est posée face cachée devant la ville. C’est elle qui indiquera ce que la ville apportera ou fera subir à celui qui va la contrôler. Le reste des cartes sera distribué aux joueurs qui auront donc des indices sur ce qui ne pourra pas arriver dans les villes. Les dos de cartes étant identifiés pour chaque ville, tout le monde sait combien d’infos possèdent chacun sur les villes. On pose donc (si l’on veut) des hommes sur une ville pendant son tour pour la contrôler. Mais on doit aussi révéler une de ses cartes… Les infos deviennent donc publiques au fur et à mesure du tour. On peut donc bluffer pour faire croire que l’on convoite une ville dont on sait qu’elle pénalisera son possesseur en tuant, emprisonnant ou blessant un des hommes du joueur majoritaire.

Le Prix Enfant a été attribué à « La Rébellion des pandas » de Jérémy Caplanne. Le pitch : dans le zoo les pandas se sont échappés ! Il faut retrouver les animaux sans tomber sur les pandas rebelles. Chaque tour, il faut retrouver les animaux indiqués sur la carte objectif dans le zoo qui fonctionne comme un Memory. Seulement ici, il n’y a pas de sablier. Sur cette même carte objectif, il est indiqué combien de distance doivent remplir de cases les autres avec des jetons de couleur sans que deux jetons de même couleur soient adjacents. Tout le monde joue donc en même temps dans une parfaite débandade, les uns pour stopper le chercheur, et les joueurs pour retrouver les animaux dans le zoo. Des emmêlements de bras sont à prévoir.

Le prix Divertissement a été attribué à « OUGA-BOUGA » de Daniel Quodbach et David Boniffacy (dit bony el luchador). Le pitch : chez les hommes des cavernes on apprend à parler. Chaque joueur pose à son tour une carte avec une onomatopée. Il doit dire celle-ci et désigner un autre joueur en disant ha ! Qui lui-même ajoute une carte, redit la première et la sienne et désigne un autre qui… Et là il ne faut plus se tromper. Pour corser un peu la chose certaine carte ne sont pas des sons mais font faire des gestes et un joker permet de refiler le bébé à un autre qui n’était pas forcément « aware ». Un pur jeu d’ambiance crétin crétin qui a immédiatement attiré un éditeur spécialiste de la chose.

Le prix de la Réflexion a été attribué à « Gaïa » de Bruno Crépault qui vient tout droit du pays des caribous et pour la première fois en France. Le Pitch : cette fois on s’en prend à la terre que l’on va percer avec ses foreuses pour en extraire de précieux minerais. Plein de cubes en bois, et un plateau qui se révèle au fur et à mesure des creusements pour finir au centre de la Terre. À chaque tour on envoie ses boss pour savoir qui jouera en premier et quel type d’action sera faite et bien sûr il n’y a pas de place pour tout le monde. Creuser, améliorer ses foreuses, acheter, vendre, … autant de choix qui rapporteront en fonction de ce que feront les autres joueurs. Impossible de creuser seul, le jeu est un semi-coopératif compétitif où il faut arriver à être synchro en intuitant ce que vont faire les autres. Ce n’est pas le plus riche qui remporte la partie mais celui qui remporte le plus de points. Ceux-ci se gagnent en arrivant le premier à remplir des objectifs très variés (meilleurs outils, premier sur un gisement, premier à avoir x minéraux, premier à arriver à une profondeur donnée.) Donc plein de moyens de gagner et d’embêter ses camarades tout en leur demandant de nous filer un coup de main. Un jeu de gestion mais pas comptable avec plusieurs choix de stratégies possibles.

Voilà donc quatre jeux primés qui devraient attirer l’œil des éditeurs, puisqu’il s’agit de jeux non édités et encore à l’état de prototype. Et si on en croit la petite remarque du Docteur Mops sur le jeu « OUGA-BOUGA », par exemple, les éditeurs sont déjà sur le coup. Oui. D’ailleurs, merci au Docteur Mops pour les explications sur chacun des jeux.

Si vous lisez cette brève ce dimanche 18 juillet 2010, sachez que, si vous n’êtes pas loin de Parthenay, ces jeux sont disponibles en démo sur l’espace «trophée FLIP»…

La page sur le site du FLIP : cliquez là

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Commentaires (12)

Default
Analda
Analda

C'est bien mérité pour Ouga Bouga, mais surtout pour The Boss, qui est un excellent jeu de bluff. Il sera édité par Black Rock et devrait sortir en octobre si j'ai bien compris.

moijeux
moijeux

y a pas à dire, tout est bon dans le panda!

De belles rencontres et de chouettes protos. Vivement le prochain.

BONY
BONY

merci gobiman pour cette info! mais là, je me dois de dire "heu... non".

En effet il n'y AUCUN point commun entre les deux jeu en dehors du titre. Donc pas de soucis!! Mais merci de nous avoir alerté!

sib
sib

Je me joins aux félicitations collectives pour les lauréats.

Un bravo particulier pour le président du jury qui a assuré l'animation lors de la remise des trophées !

cordialement,

gobiman
gobiman

Félicitations aux lauréats, mais attention, un jeu de cartes nommé "Hunga Bunga" existe en Italie, un jeu de Luca Bellini visible sur www.b.games.it qui me semble très proche de la description faiote...

MatthieuCIP
MatthieuCIP

Merci en tous les cas pour ton implication hors du commun et pour le reformatage des règles qui le fait entrer pile poil dans notre format jeu de poche. Si j'avais encore quelques doutes, il est clair que l'énorme succès du jeu à Parthenay laisse augurer une possible belle carrière pour ce jeu spectacle où même ceux qui ont une mémoire normale peuvent gagner.

BONY
BONY

bon sang !!! c'était dingue tout ça!! je vous promets que j'en ai eu pour ma sueur !! DES LITRES de joyeusetés livrés directement dans les boyaux !

Et pour le fun, je peux vous dire que Dr Mops a réussi, en 2 minutes de scène, à improviser une carioca, roulé une pelle à l'animateur, tenté de volé un trophée... et je ne parle pas des choses qui se sont passées DERRIÈRE le canapé des jurés.

La Comtesse
La Comtesse

@MatthieuCip : Oui, quand Monsieur Phal avait annoncé qu'un spécialiste du jeu d'ambiance crétin-crétin avait été immédiatement attiré, on avait compris ;-)

MatthieuCIP
MatthieuCIP

Je crois que l'on peut enlever le "s" à éditeur(s) concernant OUGABOUGA. Confirmation la semaine prochaine.

Ted Lapinus & Phoenixuela

Super-content pour OUGA-BOUGA ! Très bon jeu de pure poilade...