test madame ching

test madame ching
arthelius

Un nouveau jeu de Bruno Cathala et Ludovic Maublanc ça ne se refuse pas, surtout lorsque celui-ci vous propose d’être un pirate et qui plus est une femme. Navigant sur les mers asiatiques, vous devrez piller le port de Hong Kong et autres villages, tout en montrant votre maitrise de la navigation, tout ceci pour devenir le nouveau commandant du China Pearl.


Madame Ching
Un jeu de Bruno Cathala, Ludovic Maublanc
Illustré par Vincent Dutrait
Publié par Hurrican
2 à 4 joueurs
A partir de 8 ans
Langue des règles: Française, Allemande, Anglaise, Espagnole, Italienne
Durée: 40 minutes
Prix: 30,00 €


Préambule :

Bruno Cathala et Ludovic Maublanc sont deux auteurs qui travaillent très régulièrement ensemble, mais est-il encore nécessaire de les présenter ? On leur doit par exemple Mr Jack et Le Fantôme de l’Opéra toujours chez le même éditeur, ou encore Prrt pour donner un exemple plus aérien. Toujours chez Hurrican, Vincent Dutrait a illustré Augustus. Ce trio est donc habitué à travailler avec Hurrican.

Il faut savoir que Madame Ching, de son vrai nom Ching Shih, a réellement existé. Elle se marie en 1801 avec Cheng I, un commandant pirate qui décédera en 1807 de la gale, laissant derrière lui une coalition de 400 navires et 70 000 pirates. Par un subtil subterfuge politique, elle va réussir à prendre la tête de cette flotte. Elle va ainsi piller de nombreux villages et autres jusqu’à inquiéter très fortement le gouvernement, avant d'obtenir une amnistie et de diriger un bordel jusqu’à sa mort en 1844. C’est le pirate asiatique le plus connu à ce jour.

Les règles :

Madame Ching veut léguer le commandement du China Pearl au meilleur de ses lieutenants, et il s’avère que ces lieutenants c’est vous. Pour ce faire, vous devrez prouver votre bravoure et votre maîtrise maritime en récupérant les 4 cartes compétence, ou en remplissant le maximum de missions. Le jeu se terminant lorsqu’il n’y a plus de mission ou lorsqu’un joueur a récupéré les 4 compétences. On compte alors ses points, celui qui en possède le plus a gagné.

Les joueurs vont donc partir en expédition avec leur jonque, sur un plateau comportant des chiffres, qui vont permettre de récupérer les tuiles mission. Lorsqu’une expédition se termine, on récupère la tuile qui comporte la valeur immédiatement inférieure à celle de la case sur laquelle nous avons terminé notre voyage, pour reprendre ensuite sur la case 1.

Les déplacements vont se faire à l’aide de cartes expédition, qui comportent 3 informations :

Un symbole (épée, carte, cerf-volant et lanterne chinoise) qui va servir à récupérer les cartes compétence. Lorsque vous réussissez à utiliser dans votre expédition 3 cartes comportant le même symbole, vous récoltez la carte associée (qui possède aussi un pouvoir) ou la carte joker si vous avez réussi à avoir 4 symboles différents.
Une illustration colorée, qui va déterminer votre sens de déplacement. Il existe 6 couleurs différentes : blanc avec des chiffres allant de 1 à 5 et ne comportant aucun symbole ; le bleu allant de 6 à 25 et comportant des symboles ; le vert allant de 26 à 39, là encore avec de nombreux symboles ; le jaune avec des cartes allant de 40 à 48 avec quelques symboles ; les orange qui vont de 49 à 53 et n’offrant qu’un symbole chacun et enfin le bleu foncé avec une carte 54 et 55.
Derniere information, le chiffre dont j’ai parlé au-dessus.

Au début du tour les joueurs choisissent face cachée une carte, qu’ils dévoilent tous en même temps. Le joueur ayant le plus gros chiffre débute son expédition, se place sur la première case, puis récupère une carte parmi les cartes proposées face visible, ou bien il peut récupérer la carte face cachée afin de compléter sa main. Puis c’est au tour du joueur suivant.

Au tour d’après, le déplacement de votre jonque va dépendre de la couleur de la carte que vous allez jouer. Si celle-ci est de la même couleur qu’une carte déjà présente dans votre expédition, votre jonque avance tout droit (et peut récolter 1 ou 2 cartes rencontre si elle franchit la frontière). Par contre si la carte que vous jouez est d’une couleur différente, votre jonque avance en diagonale. Mais attention, car pour avancer, la carte que vous jouez doit avoir un chiffre supérieur à la carte que vous avez jouée précédemment. Si jamais elle est inférieure vous mettez fin à votre expédition. On regarde alors le chiffre de la carte ; si cela est possible vous prenez une tuile mission avec ses avantages (pièces d’or, joyaux, ou cartes rencontre), sinon vous récoltez une carte rencontre. Si vous avez réussi à obtenir 3 ou 4 symboles identiques, vous récupérez la carte compétence qui lui est associée. La dernière carte que vous avez jouée sert de départ pour votre prochaine expédition.

Voici les grandes lignes des règles. Ajoutez à cela les pouvoirs des cartes rencontre, des compétences et les subtilités de la mécanique, et vous avez une impression générale du jeu.

Default

Le matériel :

Le jeu est illustré par Vincent Dutrait, un artiste qui a déjà officié chez Hurrican, et qui a illustré de nombreux jeux. Et ici son travail est toujours aussi beau, avec de très belles illustrations, très colorées. Le plateau est très fonctionnel avec de nombreux rappels très bien intégrés et utiles. Les icônes ne manquent pas, la prise en main est donc aidée. Au niveau de la qualité du matériel, les tuiles sont épaisses, les cartes sont de bonne facture, de même pour les jonques en bois. Je ne sais pas si cela vient d’un défaut général, mais mon plateau s’est arraché à la jointure après ma première partie. Disons que cela m’a… décontenancé. Par contre, je voudrais évoquer un point particulièrement bien pensé, que je me devais de souligner pour que les autres éditeurs aient l’idée d’en faire autant : lorsque vous ouvrez le livret de règles, la dernière page est double et lorsque vous la dépliez un placement initial du jeu apparaît, et reste donc dépliée à côté des pages de règles, et cela est extrêmement pratique lorsque vous lisez les règles pour bien comprendre où se place chaque élément. C’est une chouette idée, très utile, que je ne pouvais décemment pas passer sous silence.

Tout comme c’était le cas sur Augustus, la boîte pourra sembler grande, mais ici le plateau, lui aussi d’envergure, légitime la taille de l’écrin. Madame Ching est un fort joli jeu, qui donne envie rien qu’en regardant le matériel.

Default

Le ressenti durant les parties :

La première partie n’est pas forcément simple : il faut le temps de comprendre les mécanismes et la portée de chaque carte, ainsi que la manière de remporter des missions et des compétences. Puis les tours s’enchaînant assez vite, tout devient plus clair. Les cartes rencontre laissent encore quelques interrogations, on fait quelques aller-retours dans la règle, mais rien de bien gênant. Puis les tuiles mission disparaissent comme neige au soleil ; la partie devient plus tendue avec l’obtention des compétences et l’utilisation des cartes rencontre. Ces dernières possèdent dans leurs rangs de puissants pouvoirs capables de faire basculer une partie, de neutraliser une expédition et surtout les espoirs d’un joueur. Le port de Hong Kong fait bien envie, mais le prendre ne sera pas une mince affaire. Son acquisition donnera pourtant un joli avantage. La partie s’éternise un peu, mais devient plus dynamique vers la fin lorsque la course finale approche à grands pas. Et le comptage définitif détermine un gagnant, qui doit son mérite en grande partie grâce à la prise du port et ses 10 points salutaires.

A trois joueurs, la partie est sensiblement identique au niveau du ressenti. Par contre le jeu est bien différent à deux joueurs puisque chaque joueur contrôle non pas une mais deux jonques, donnant ainsi au jeu un côté tactique et calculatoire plus prononcé. J’ai d’ailleurs bien aimé cette configuration à deux joueurs, loin d’être un mode anecdotique ou rajouté au dernier moment. Ce ne sont pas deux jeux différents, mais l’expérience n’est vraiment pas la même. Ce qui compte au final c’est que l’on prenne autant de plaisir, quel que soit le nombre de joueurs, et donc que le jeu sache s’adapter à cette contrainte en gardant son intérêt.

Default

La durée de vie :

Madame Ching n’est pas un jeu à la portée de tous. J’entends par là un jeu que l’on ne sortira pas avec des novices ou avec un public qui n’a pas un minimum de connaissance des jeux modernes. Non pas qu’il soit inaccessible, c’est juste qu’il propose de jouer avec une certaine finesse afin de bien comprendre les tenants et les aboutissants. En terme de durée, il excède souvent les 45 minutes annoncées, du moins à 3 et 4 joueurs. Ce n’est pas vraiment un souci, car il reste dans un format assez court, avec une expérience de jeu enrichissante qui nous fait voyager. Loin de subir le jeu, au-delà de quelques cartes rencontre assez puissantes qui peuvent donner un gros avantage, on prévoit, on calcule, et le hasard vient apporter cette petite note de fraîcheur et d’imprévisible.

Tout comme Tokaido est considéré comme un jeu familial où l’on voyage, Madame Ching pourra sans souci prendre le même chemin, et devenir un jeu à sortir en famille, qui pourrait tenir sur la longueur. Son thème ainsi que ses mécaniques sont assez originales pour tenir en haleine les joueurs sur plusieurs parties.

Default

Mon avis :

Le duo Cathala – Maublanc nous a habitué à du lourd, de la qualité ludique, et Madame Ching ne fait pas exception. Sans être un coup de cœur, il reste un jeu très plaisant à jouer et possédant des mécaniques très originales. Dommage que les parties soient un peu longues et que certaines cartes viennent détruire en un instant les efforts des joueurs. Cela ne gâche en rien la qualité ludique du jeu, et cela prouve une nouvelle fois le talent dont savent si bien nous faire part les deux compères. Encore un très bon cru.

Merci à Qhilicus et Chips pour leur correction.

D'autres tests et articles sont à lire sur Les 1D Ludiques.

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

3Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (23)

Default
Zulyen
Zulyen

Pour ma part, je n'y ai joué que 2 fois, c'est un peu juste pour en faire une critique, mais je peux donner mon mon sentiment.
J'ai trouvé la mécanique de base sympa et le thème un peu superficiel. Le jeu est pas si accessible que ça. La première partie se fait un peu a l'aveuglette sans vraiment savoir comment élaborer une stratégie. La 2ème était un poil plus intéressante mais j'ai pas pu poussé au delà pour voir si j'avais un déclic (qui arrive souvent à la 3ème partie dans mon cas). Il faudrait que je trouve le temps d'en faire une nouvelle pour voir.
Ce qui m'a le plus surpris, c'est le choix éditorial avec plein de matos inutile dans la boîte. Notamment, les pierres précieuses qui sont de simples points de victoire. J'ai eu l'impression d'un jeu un peu show-off pour ceux qui aiment le matos, un peu familiale pour ceux qui aiment coups de trafalgar, un peu calculatoire pour ceux qui aiment "prévoir"... ça manquait de tranchant à mon goût. Je retenterais peut être à l'occaz pour me faire un véritable avis.

BDPHILOU
BDPHILOU

Personnellement, j'aime ce jeu et j'aimerai vous faire part de mon "expérience"!

Lors de ma 1ère partie, je n'ai pas accroché. Il faut dire que j'y avais joué à 4 joueurs en mode "par équipe"! Clairement, pour une 1ère partie, c'était une erreur : Comme on ne connaît pas la finesse du jeu, comment aider son partenaire?

Donc, j'ai refait d'autres parties (5 ou 6) à 3 et 4 joueurs et SURTOUT en "chacun pour soit". Et là le jeu m'est apparu bien meilleur et nettement plus subtile. J'y ai joué avec mes élèves (qui ne connaissent rien aux jeux de société modernes / Moyenne d'âge 17 ans) et il ont adoré! En fait, pour la cible de joueurs visé par le jeu, je trouve "Madame Ching" très bon et tout à fait recommandable : C'est un jeu familiale avec une mécanique de base très simple et des cartes personnages pas très compliquées. Pour ces dernières, il est vrai que leur intérêt ne semble pas évident si l'on pas déjà fait une partie. Je comprend aussi que certains joueurs soient déçus par le fait que si l'on ne tire pas les bonnes cartes Personnages, il soit impossible d'atteindre Hong Kong. Cependant, avec mes élèves non habitués à ce type de jeu, cela ne les a pas gêné du tout.

Par contre, il est vrai que le temps de partie annoncé sur la boite ne correspond pas : Comptez plutôt une heure et quart la partie.

Bref, si l'on prend Madame Ching pour ce qu'il est (un jeu familial au mécanisme simple et avec une dose de chance) alors on n'a pas de raison d'être déçu. :)

LordSavoy
LordSavoy

Moi aussi j ai testé le jeu et je pense qu il est ds la lignée des productions hurrican games. Sympa mais sans +. Et pour Bruno des Montagnes il sort beaucoup de jeux (trop?) qui tiennent la route et qui s adressent a un public familial ( regles simples duree 60 min ou - , une dose de hasard, de l interaction). On peut pas avec un tel rythme proposer un incontournable à chaque fois.Abbyss est ptetr un poil + gamer et Five Tribes encore + (a voir pas testé le dernier). Ptetre deux incontournables en puissance ?Cyclades est clairement gros jeu de strategie incontournable dans sa categorie conquete

Totoche
Totoche

Mon intervention est "off", n'ayant vu que la TTTV et n'y ayant pas joué:

Il faut savoir admettre que toute critique si elle est constructive, peut être admise. Même si les auteurs n'en sont pas à leur premier jeu, peut-être n'ont-ils pas vu les défauts de jeu énoncés étant à fond dedans.

Un peu lorsqu'on veut corriger un texte. On commence à le lire en mode correction et si le texte est prenant, on passe en mode lecteur, et on ne voit plus les fautes.

Et effectivement comme évoqué précédemment, les joueurs et les auteurs ont d tels rapports amicaux qu'on peut aussi admettre que ces critiques sont aussi amicales.

;o)

Salmanazar
Salmanazar

@Totoche Et dans la continuité de ta pensée, peut être que les auteurs ne demandent pas qu'on les préserve de critiques négatives.

morlockbob
morlockbob

@pifec.... il y a des avis sur le jeu qui ne sont pas tous positifs...il faut aller les chercher sur ce site, ce test n est n est qu 'un long avis, mais il n est pas tout seul

@ "combien d'heures à passer l'auteur derrière un jeu...." et un écrivain, un peintre, une chanteur...pourtant j'ai l impression qu 'on prend moins de pincettes pour dire ce que l'on pense du dernier XXXX ou du dernier XXX. ce qui est à la fois beau car montre que le jeu est encore un milieu auquel on n'appartient pas par hasard, et en même temps un peu biaisé car on a en effet dans certains cas tendance à être surprotecteur

arthelius
arthelius

@morlockbob : Tout à fait tous les avis ne sont pas positifs, je les ai consulté avant de rédigé l'article afin de voir si mes ressentis étais partagé par les autres joueurs.

Oui c'est vrai que nous sommes parfois surprotecteur, il faut dire que c'est le seul domaine (ou presque) où joueurs et auteurs se connaissent aussi bien, au final c'est un petit monde, et on finit par connaitre beaucoup de monde. Ce n'est pas forcément le cas des autres domaines artistiques que je connais également, l'univers des JdS est vraiment à part, et ça c'est bien ! ^_^

Salmanazar
Salmanazar

Comme dit sur le forum, autant Augustus du même éditeur m'a paru comme un bon jeu familial où tous les joueurs y ont trouvé un intérêt (habitués, geeks, occasionnels), autant Mme Ching qui boxe dans la même catégorie ne m'a pas plu : répétitif, pas emballé par la mécanique de base, pas envie d'y rejouer en famille ou entre amis.

Et c'est vrai que ça me gêne de l'écrire compte tenu de l'auteur. Quand je le vois se démener sur des salons, des offs, répondre sur le forum, faire jouer des protos à des parfaits inconnus comme moi, ça me gêne de critiquer négativement son boulot. Je l'ai déjà fait car j'aime dire ce que je pense d'un jeu, mais, je préférerais écrire : "j'ai adoré" rien que pour l'encourager à continuer, comme pour Noé ou Mister Jack pocket.

Arthas54
Arthas54

Ah les avis :) Tant de gens et tant de goûts

Il est évident que c'est difficile de faire ce genre d'article

Un jeu bon... un jeu moyen... un jeu passable... sur quels critères... sur quels spécificités du jeu peux on s'appuyer ^^

Qu'attends on d'un bon jeu ?

Depuis que j'ai mis les pieds dans le JDS mes critères ont " changé " aussi ^^

En tout cas chouette article dans le sens ou j'aime savoir le ressentis des autres joueur par rapport au miens et peut être y voir des choses que je n'avais pas vus ou ressentis lors de mes parties ^^

arthelius
arthelius

Je n'idolatres pas Cathala, j'ai par exemple Pentos que je n'aime pas du tout. En règle général je reste "indulgent" car je pense aux auteurs derrière ces jeux, et j'essais de comprendre leur cheminement créatif.

Je n'avais encore jamais joué à un jeu avec tel système donc pour moi il est original, si vous avez des exemples n'hésitez pas à me les donner, ainsi je pourrais étendre ma connaissance ludique.

Après je pense qu'il ne faut pas non plus tomber dans l'autre extrême, et dire "tiens c'est un auteur connu, il faut à tout prix que je le casse.", chose qu'on ne ferait pas forcément avec des novices.

J'ai joué au jeu, plusieurs parties, j'ai noté mes impressions, celles des autres joueurs et ça donne ce test, après je n'ai pas changé de méthode ni mes habitudes. Pour moi le test de Da Clash était tout aussi modéré et personne n'a rien dit.

Mais après ça me fait plaisir de voir les commentaires, je me doutais que ce test allait faire parler de lui, et du coup ça me permet aussi de voir vos réactions lorsque l'on teste le jeu d'un auteur connu. Ce qui pourrait donner lieu à un article de fond sur le sujet, donc tout ceci tombe très bien ^_^

Yomgi44
Yomgi44

@arthelius

"Après je pense qu'il ne faut pas non plus tomber dans l'autre extrême, et dire "tiens c'est un auteur connu, il faut à tout prix que je le casse.", chose qu'on ne ferait pas forcément avec des novices."

Personne n'a parlé ici de casser un auteur à tout prix, si ? Qu'il soit connu ou inconnu d'ailleurs, quel rapport avec ce qui est évoqué ? On peut dire qu'un jeu est moins bien réussi sans pour autant casser un auteur, vouloir le torturer, ou détester toutes ses autres productions.

Yomgi44
Yomgi44

Oui, merci Pifec, moi aussi ça a le don de m'agacer lorsque ces mêmes joueurs qui souvent s'extasient devant le nom de leurs auteurs préférés avant même d'avoir joué à un de leur nouveau jeu ont aussi une retenue à donner leur vrai ressenti par peur de heurter leurs idoles. Je précise que moi aussi j'ai du Cathala dans ma ludo et qu'il a fait d'excellents jeux, des incontournables même. Mais En effet, si ce jeu n'a pas l'air mauvais, les mécanismes ne m'ont pas semblé très originaux et déjà vus. Cela n'empêche pas que le jeu soit agréable à jouer, mais de là à dire que c'est original... Mouais. A tester pour voir et confirmer, bien sûr...

Pifec
Pifec

Perso, je n'aime pas ce jeu. Je le trouve long, répétitif, ennuyeux et chaotique. Ce n'est pas parce que c'est du Cathala que l'on doit être indulgent. Il a fait plein de bon jeu (Mr Jack, Jamaica, Cyclade , Sobek, etc.), mais ce n'est pas un blanc seing pour toutes ses oeuvres à venir.

J'ai l'impression que personne n'ose une critique franche du fait de l'auteur (qui est une personne très sympathique au demeurant).

Comme disait Beaumarchais: "sans liberté de blâmer il n'est point d'éloge flatteur".

deltajordan
deltajordan

@Pifec Merci de mettre les pieds dans le plat, c'est bien ce qui m'agace légèrement dans le cas présent. J'apprécie beaucoup les auteurs et quelques uns de leurs jeux dans ma ludo, j'ai trouvé celui là plus que moyen. Des auteurs moins connus n'auraient probablement pas eu la même indulgence !

Monsieur Phal
Monsieur Phal

Cher Monsieur @Pifec,

Personne n'ose, c'est pourtant ce que vous faites. Et personne ne vient ou ne va venir vous bruler la plante des pieds... :o)