20.100

Talisman, encore et encore !

Talisman, encore et encore !

Cette semaine, arrive sur nos étals la troisième extension pour Talisman, "La Marche du Froid". Il s'agit d'une boîte de petit format, comme l'est "La Faucheuse". Que les fans se rassurent, la quatrième extension, "The Highland", déjà sortie en version US, est une bonne grosse boîte ! Cette fois, il faudra se "contenter" de 20 sorts, 24 Quête du Démoniste, plus de 80 cartes Aventure, trois nouvelles cartes de fin de partie dont le combat contre la Reine de Glace et de nouveaux personnages.

Avec "La Marche du Froid", les joueurs en auront quatre nouveaux à leur disposition, pour un total de 14 dorénavant. Deux rappelleront de bons souvenirs aux amateurs de la première édition. Les deux autres sont originaux. Le chef Ogre permet de dominer les monstres vaincus en combat et de s'en servir comme suivants plutôt que de simplement les tuer. Le Leprechaun s'enrichit facilement et se téléporte n'importe où dans sa région sur un 6 au dé. Le sorcier ne débute pas la partie dans la région extérieure et, surtout, récupère ses sorts en début de tour. Sans compter qu'il choisit sa récompense lorsqu'il achève une quête. Enfin, le nécromant peut utiliser les Esprits comme suivants, à condition de ne pas les attaquer.

Comme dans "La Faucheuse", qui les introduisait, il y a des cartes Quête du Démoniste qui sont vraiment mises en avant ici. Elles permettent de trouver de façon alternative son précieux Talisman. Par contre, des cartes Aventure viennent interagir avec ces quêtes.


"La Marche du Froid"
une extension pour Talisman
pour 2 à 6 joueurs
à partir de 10 ans
édité par Edge
prix conseillé : 25€
disponible en boutique

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (2)

Default
labelle rouge

Idem. J'attends de tester les Highlands aussi. C'est bien que FFG allimentent autant la game.

Greatmasterofjeux

Miam miam, je suis insatiable...encore des heures de bonheur en perspective