Docteur Mops

Shibuya, pitié piétons !

Shibuya, pitié piétons !

Nous sommes toujours au Japon et plus particulièrement à Tokyo dans l’arrondissement de Shibuya dit Chibouille chez les expats. Même si vous n’êtes jamais allé là-bas vous avez forcément déjà vu des photos ou des vidéos du célèbre Shibuya Crossing considéré comme le plus grand passage piéton du monde. 

N’oublions pas le parc Yoyogi à proximité  dont le calme contraste avec l’animation des zones commerciales et la statue du trognon et fidèle Hachikô (Richard Geere tu as tant fait pleurer…) près de la fameuse gare qui alimente en grande partie ce fameux passage piéton.
 

Tric Trac

Et donc le gars Yusuke Sato nous propose de traverser la rue avec nos amis. Seulement voilà… C’est beaucoup plus difficile qu’en réalité !

Shibuya est un petit jeu de réflexion pour deux à quatre joueurs qui va se dérouler en deux étapes : on commence par fabriquer le carrefour puis on peut traverser.

 

Shibuya

Petit jeu oblige, il n’y a pas de plateau pour positionner les tuiles qui vont former le carrefour. Il faut donc laisser au jugé de la place pour un damier de 4x4.

Après avoir bien touillé les tuiles, chaque joueur en piochera une qu’il déposera où il le souhaite sur une case libre du plateau qui n’existe pas. Sur ces tuiles, divisées en 4 cases apparaissent des ronds et des carrés et ces derniers sont soit noir soit blanc.

 

Il arrive donc un moment ou notre petit damier est rempli et la traversée peut donc commencer.

À son tour, un joueur peut déplacer un de ses pions Piétons (8 en tout) ou piocher une tuile qui va venir se poser sur une de celles du départ et donc la remplacer.

Tric Trac

Comment se déplace t’on ?

Un Piéton regarde la case devant qui possède donc 2 caractéristiques. Le joueur en choisit une (rond, carré, noir ou blanc) et peut alors se déplacer tant qu’il rencontre des cases qui possèdent la caractéristique annoncée. Le but étant bien sûr d’aller en face.

Vous aurez donc compris que nous sommes plus devant un labyrinthe qu’un passage piéton mais on s’en fiche. Pour remporter la partie, il fait soit faire traverser 3 piétions DE PLUS que son adversaire ou faire traverser le premier 6 pions. J’en vois deux qui baillent aux corneilles…

 

Si vous êtes quatre, alors vous jouerez en équipe de deux avec un placement de départ où les partenaires se font face.

Si vous êtes trois, cherchez un autre jeu…
 

Shibuya

On peut aussi jouer comme ça...

L’auteur propose une règle optionnelle où les phases construction et traversée sont indistinctes : on construit en traversant ou inversement. Ce qui est différent car on ne pas recouvrir une tuile où se trouve un piéton… Ou alors la nuit quand personne ne regarde mais ce n’est prévu dans le jeu.

Avec ce mode la condition de victoire est le premier à faire traverser 4 de ses pions.

 

On est dans les clous ou pas ?

Globalement, les parties consistent à se fabriquer des chemins qui, si possible, bloquent ceux de l’adversaire. Il faut donc avoir les yeux partout et imaginer 4 sortes de chemins (rond, carré…) qui se superposent les uns aux autres. Attention à ne pas non plus se focaliser sur le blocage d’un piéton alors qu’on ouvre des chemins à ses voisins ce faisant.

Tout cela pour vous dire que Shibuya est un petit jeu sympatoche que ceusses qui vont aller manger des saucisses au salon d’Essen trouveront pour une vingtaine d’euros.

Et n’oubliez pas de regarder à droite et à gauche avant de traverser !

 

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires

Default