OKALUDA

SAMSARA, C'est l'auteur qui nous en parle le mieux! Partie 2

SAMSARA, C'est l'auteur qui nous en parle le mieux! Partie 2

Hello les aficionados de Samsara!

Voici le second article concernant la genèse de Samsara,  écrit par Sylas l'auteur. Pour info, le premier est ici (il y parle de feng shui et d’épreuves de la vie). Dans celui-là, il va s’attarder sur les cartes et le plateau central.

 

SAMSARA, C'est l'auteur qui nous en parle le mieux!" Bonjour, et bonne lecture à tous.

Commençons par le plateau central. Comme dans toute genèse, au début, il n’y avait... rien. D’ailleurs, on peut jouer à Samsara sans plateau. Il suffit de placer les cartes en cercle, de mettre les cartes karma au centre du cercle, et voilà. Mais alors pourquoi me suis-je embêté à en mettre un ?

Pour savoir dans quel ordre installer les cartes ? Non. Il aurait suffit de numéroter ces cartes, ou de réaliser une petite aide de jeu avec le visuel du placement. Pas la peine de s’embêter avec un plateau. Alors… ?

En fait, la principale raison est que lorsque plusieurs paquets de cartes sont vides et qu’on veut replacer une carte, il faut savoir où elle va. Et lorsque rien n’indique que le paquet Physique est entre la Spiritualité et la Mort (ne me regardez pas comme ça, c’était cet ordre au début. Vous savez, le feng shui...), on se retrouve bloqué.

Pour palier cela, j’ai réalisé des cartes “tas épuisé”, que l’on plaçait sous chaque paquet de cartes. Lorsqu’on dévoilait cette carte, cela signifiait que le tas… était épuisé. Un des problèmes de ce procédé est que souvent, on piochait cette carte sans le faire exprès. Mais cela aurait pu être évité par une solution graphique. Un autre problème était que ça manquait d’élégance.

L’élégance… Ni vous ni moi ne sommes probablement capable de définir exactement ce que c’est (dans la conception de jeux de société, hein, pas pour le prêt à porter). Et pourtant c’est un terme que tout le monde emploie à tout bout de champ.

Bref, il fallait un plateau. C’était élégant, pratique, ça donnait de l’importance au jeu et au final ça a permis à Nicolas Sauge, notre illustrateur, de réaliser une fresque octogonale et intemporelle sur l’impermanence de la vie...

Premiers plateauxPlateau central définitif

 

Ensuite, il y a les cartes. Ces cartes ont eu droit à tous les formats, pas mal de déclinaisons et des titres bien fantaisistes (bien que d’avoir fini par les nommer en Sanscrit peut également paraître fantaisiste...). La principale évolution a eu lieu à Cannes 2016, où j’ai dû vendre un rein pour m’offrir une table d’auteur et faire jouer les cannois à mon jeu. Je n’ai finalement pas regretté mon investissement (après tout, si on a 2 reins, c’est pour une bonne raison), puisqu’un fan de deck-building a passé une bonne heure à me briefer sur ce que devait avoir mes cartes. C’est suite à cette discussion que j’ai décidé de placer les symboles d’éternité en haut (de simples cercles de couleur dans la version d’alors), et les symboles des actions en bas. Logique ? Et bien à l’époque, j’étais très fier d’un système que j’avais emprunté au 51ème état : les cartes pouvant être jouées à l’envers à l’endroit, elles montraient 2 cercles dans un sens, 4 cercles dans l’autre. Il suffisait de tourner la carte pour décider de faire une mauvaise action et prendre du mauvais karma (niark, niark, niark…)

Premiere carte SpiritualitéCarte Dyann "spiritualité" définitive

Ce système fonctionnait, mais il a été abandonné, au profit de ce j’appellerais les “drapeaux tibétains”, montrant 2 symboles clairs et 2 symboles foncés. J’étais super fier à cette époque d’avoir trouvé le principe des drapeaux. On ne pouvait pas faire plus “Tibet” que ça ! En plus, j’y plaçais les 8 symboles du bouddhisme (http://blog.exotic-express.fr/2010/01/22/tibet-les-huit-symboles-de-bonne-augure/). Huit symboles, huit sections… la belle aubaine. Au final, ça n’a pas tenu. Il fallait des symboles plus compréhensibles et signifiants que La conque dextrogyre ou Les poissons d’or pour représenter des éléments clefs de la vie, telles la naissance ou les enfants. Mais pour un temps, ça a marché.

 

Bon, si vous avez tenu jusque là, bravo ! Je pense avoir fini de raconter ma vie pour l’instant. N’oubliez pas d’améliorer votre karma en allant faire un tour sur kickstarter.

Namaste

Sylas "

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cette article

Commentaires

Default