Monsieur Phal

Plagiat sous le soleil !

Plagiat sous le soleil !

C'est un drôle d'aventure qui est arrivée à Roberto Fraga, et par extension à Lucien Geelhoed. Laissez-nous vous raconter...

Monsieur Roberto, grand amateur de voyage, se trouve en Espagne en juillet 2002. Le bronzage fier il déambule dans les rues de La Corogne, laissant les femmes vaquer à leur shopping estival. Il flâne, l'esprit libre, heureux de fouler la terre de ses ancêtres.. Mais c'est plus fort que lui, comme une force qui l'attire... Là-bas au loin, cette enseigne qui clignote comme un phare l'appelle, lui, le marin... Une boutique de juegos ! Una tienda de jeux ! Ni une ni deux, notre auteur pousse la porte et s'engouffre dans un Toy es nosotros local.

Monsieur Roberto pose ses yeux sur quelques boîtes, en agrippe un ou deux, quand... Soudain... Son oeil affûté est attiré par une boîte au doux nom de "Como ser Billionario en 60 segundos". Ce nom ne lui est pas inconnu. Il saisit l'objet fermement. "Comment c'est très beaucoup moche" se dit-il (ou un truc du genre, on romance là). Mais l'esthétique n'est pas ce qui l'inquiète le plus. Non. La stupeur va le saisir lorsqu'il va, d'un geste élégant mais énervé, retourner la chose.

Calme toi Roberto. Ce n'est rien. respire. Oui, Monsieur Roberto a de quoi tomber tout nu. Là, sur l'image du jeu en situation, ses dés, son idée, son jeu ! Il se souvient. Avec son ami Lucien Geelhoed, ils ont une idée de jeu, alors ils font 10 protos qu'ils appellent "Millionnaire en 60 secondes!" et qu'ils envoient à Bar David. L'agent se charge d'envoyer les maquettes à 10 éditeurs dont "Popular de Juguetes", un fabriquant de Valencia. Chez "Popular de Juguetes", ils testent le jeu et le retournent en expliquant que ça ne leur convient pas.

Mais... Mais, se dit Monsieur Roberto, en regardant le logo de "Popular de Juguetes" sur la boite ! "La vaca de cerdos sucios" qu'il se dit dans sa tête (ou un truc du genre, on romance là aussi). Les sagouins ont fait une copie du jeu et l'on mise sur le marché espagnol et portugais avant même que Ravensburger, qui avait compris que c'était un bon jeu, ne le présente à Nuremberg en 2003 sous le nom de "Time is Money"!

Mais, c'est sans compter sur Monsieur Roberto qui en achète 3 boîtes et qui en envoie une à Bar David et une à son ami co-auteur. Et ce qui devait arriver arriva. Monsieur Ravensburger pas content du tout est allé taper à la porte de l'éditeur indélicat et à fait les gros yeux.

Bilan : une grosse indemnité, dont une partie reversée aux auteurs. Des droits sur chaque vente, car Monsieur Ravensburger, qui sait être magnanime, a donner son autorisation pour que "Como ser Billionario en 60 segundos" se vende exclusivement sur la péninsule Ibérique et au portugal. Mais il est trop tard pour mettre le de nom des auteurs dans la boîte...

Moralité : "Bien mal acquis à bien mal acquis" ou "Faut pas chatouiller Monsieur Ravensburger..." ou "Il ne faut pas copier les jeux d'un globe trotter parce qu'il risque de tomber dessus et de se facher tout rouge en criant des noms d'oiseaux !"

Pour vous faire une idée, voici des photos de la maquette et de la copie :
- La maquette
- Le dos de la copie espagnole !
- La boite de la copie espagnole
- L'intérieur de la copie espagnole

La fiche : "Time is Money"

Attention, cette pratique malhonnête est assez rare, même en espagne...

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires (8)

Default
Christophe Boelinger

Mon Dieu, Pauvre Roberto ! Plagié par ton propre peuple ! C'est pas une honte ça !

Les chinois à la limite, mais les Espagnols ! Ils ont osé te faire ça !

Captain Frakas

Dans ce cas la pâternité était très facile a prouver car:

Ce que ne vous a pas dit Monsieur Phal, c'est que les dés sur la photo au dos de la boite de la copie sont les miens a moi de moi,(fabriqués avec des dés de Boggle!) et qui se trouvaient dans la maquette du proto!!

ils s'en sont servi pour faire la photo de leur "Billionario"... :o)

C'est incroyable mais vrai et hyper-véridique que j'vous dit... madre mia...

Ahhh je sens que yé vais m'énerver ;o) Rayos y truenos !!!

Voili voilà!!

Roberto

Thomas Provoost

Il y a un procès pour Akiba et Abalone?

Pour qu'elle raison?

Ce n'est en aucun cas un plagiat!

L'autre vrai plagiat c'est pour jungle speed et jungle Jam.

Matthieu.CIP
Matthieu.CIP

Demander une lettre de confidentialité à l'éditeur peut être utile en cas de recours.

Exemple de lettre :

Monsieur,

Suite à nos différents échanges , je confirme avoir pris connaissance du principe de votre jeu dénommé XXXX, et qui s ‘explique comme suit :

Le jeu consiste à XXXXXX.

Je m’engage par la présente lettre à garder ce projet confidentiel (à l’exception des personnes à qui il sera montré lors des différents tests), et, si le projet m’intéresse, à vous proposer un contrat d’édition, qui donnera lieu à des versements de royalties qui seront proportionnelles au nombre de jeux vendus, avec bien sûr une avance sur recettes dont le montant sera défini d’un commun accord entre les deux parties .

Je vous prie de croire, Monsieur, à l’expression de mes sentiments distingués.

Encore faut-il qu'il l'accepte ?

JMT
JMT

Sale histoire... conclusion : vive les vacances !!! M'enfin

Pour prouver sa paternité il faut pouvoir se constituer une preuve d'antériorité : la présentation à un salon, un concours, un article de presse sont de bons débuts... Le dépot de marque peut être utile

Pour défendre son idée initiale, je suppose que tout cela se règle joyeusement au tribunal, ex : AKIBA vs. ABALONE !

Gagner des sous : le plus simple et le moins fatiguant reste encore de jouer au Loto

7deTable

Cebru
Cebru

Monsieur Ravensburger ne devrait-il pas réclamer quelles indemnités supplémentaires pour cause de réalisation de très mauvais goût, succeptible de porter préjudice au jeu original lui-même s'il devenait public que "Como ser Billionario en 60 segundos" est une copie illégale de "Time is money" ?

Monsieur le fabriquant-voleur espagnol : c'est une honte d'enlaidir à ce point une jolie idée !

Ludo le gars
Ludo le gars

Comment arriver à prouver la paternité du jeu ? Ou pire, des idées initiales ?

Ce ne doit pas être très facile et en retirer des sous sous guère plus évident...

PNL
PNL

Quel culot ! J'espère que le milieu du jeu (auteurs, magazines) va maintenant boycotter Popular de Juguetes.

On peut dire en tous cas que Roberto et son co-auteur ont eu de la chance de récupérer quelques sous et de rétablir la vérité, on se rappelle que ça n'a pas été le cas pour l'autre grand cas de plagiat du jeu dont a été victime Jungle Speed.