Docteur Mops

Nyanko Atisuto, les matous de l'artiste

Nyanko Atisuto, les matous de l'artiste

Default

Les matous artistes est un petit jeu de cartes japonais comme nous aimons vous en proposer ici de temps à autres.

Publié initialement en toute petite quantité en 2009 au Japon, il est réédité chez l’éditeur indépendant Takamagahara (la haute plaine du paradis) ce printemps. À moins d’habiter au Japon et près d’Osaka, il vous sera difficile de vous le procurer mais personne n’est à l’abri d’une bonne surprise de francisation.

Nyanko atisuto signifie globalement le matou artiste. En Japonais le chat se dit neko mais ce petit nyanko est une sorte de jeu de mot avec le nyan (miaou) et le chat.

DefaultDefault

avant (2009) - maintenant (2015)

Nous le nommerons donc Les matous Artistes. Ces fameux matous vivent chez un artiste parti en vadrouille en oubliant de fermer la porte à clé. Les félins aussi curieux que peu précautionneux se sont donc promenés en trempant leurs pattes dans les pots de peinture, refaisant ainsi un décor de papattes qui risque de ne pas amuser l’artiste quand il sera de retour.

Ce qui nous donne au final un jeu de cartes avec des cartes de papattes roses, rouges, jaunes, vertes, bleues, violettes et noires.

Il existe 12 cartes de chaque.

Default

On commence par distribuer aléatoirement et secrètement huit cartes à chaque joueur qui en prend connaissance.

Au milieu de la table retournons 3 cartes faces visibles.

Le but du jeu est de ne pas terminer une manche dans les premiers.

À son tour, un joueur doit jouer 3 cartes qui vont venir recouvrir les trois cartes du centre. Pour chaque couleur qui correspond, nous repiocherons autant de cartes. Il est donc recommandé de jouer les 3 mêmes couleurs pour repiocher le plus de cartes et tenir la manche le plus longtemps.

Ce ne sera donc pas toujours possible et notre nombre de cartes en main va cruellement baisser.

Default

Une partie ressemble à ça

Le jeu se déroule dans le sens des aiguilles d’une montre mais si jamais un joueur venait à jouer 3 cartes de même couleur, le sens est immédiatement inversé. Ce coup spécial pourra être utile pour énerver un voisin quand on a beaucoup de cartes de la même couleur.

Dès qu’un joueur possède moins de 3 cartes en main, c’est terminé pour lui.

Il est temps de vous expliquer comment compter les points.

En début de partie, en plus de sa main, chaque joueur aura reçu une carte qu’il expose face visible : c’est la première carte de pénalité.

Default

Autre vision de la raminagrobisité artistique belge

Dans une manche, la ou le premier à tomber à moins de trois cartes en main pioche 3 cartes nouvelles cartes de pénalité. La ou le deuxième à tomber en piochera deux et le troisième, une seule. Les autres seront saufs. (à moins de 5 joueurs la manche s’arrête au deuxième joueur qui craque)

Forcément vous imaginez bien que plus on possède de cartes de pénalité plus on perd.

La partie prendra fin quand un joueur aura 3 cartes de pénalité de la même couleur ou 5 cartes de couleurs différentes.

À ce moment là, le joueur qui possède le moins de cartes de pénalité remporte la partie. Comme les chats sont mignons, en cas d’égalité on peut gagner à plusieurs.

L’auteur propose une variante avec des cartes arc-en-ciel. Ce sont des jokers qui valent pour toutes les couleurs. On peut donc les recouvrir avec n’importe quelle couleur. Par contre si l’on pioche un joker en pénalité, on le met dans la défausse et l’on repioche une nouvelle carte pénalité.

Après les lolcats voici les gamecats. Pas bête ! Il est cro mignon ce jeu hein ? heinnnnn ?

Default


にゃんこあーてぃすと - Les matous artistes
Un jeu de Kenichi Tanabe
Illustré par Peke
Publié par Takamagahara
3 à 6 joueurs
A partir de 6 ans
Langue des règles: Anglaise, Japonaise
Durée: 30 minutes
Prix: Non renseigné
Disponible au Japon


/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

Les jeux dont on parle dans cet article

Commentaires

Default