Izobretenik

Lost Legacy, le retour du retour

Lost Legacy, le retour du retour

Hayato Kisaragi nous avait laissés l'année dernière sur la découverte du deuxième volet des aventures abstraites de ses personnages... Déjà Love Letter n'était pas très concerné par les intrigues de cour que l'introduction de son livret de règles nous avait proposées mais Lost Legacy l'est encore moins. Mais bon, faisons fi de l'histoire le temps d'une trilogie qui se montre de nouveau intéressante.

Lost Legacy, vous connaissez ?

Vous savez tous désormais que Lost Legacy est une rethématisation du jeu à succès de son compère Seiji Kanai. Chaque boîte contient deux sets de 16 cartes, qui chacun apporte de légères différences mécaniques au jeu de base.

Kisaragi a aussi apporté à Lost Legacy une particularité intéressante et souvent bien exploitée : le principe des ruines et des fouilles qui vont avec. La deuxième boîte avait été pensée par Kisaragi, toujours, mais cette fois avec la collaboration de I Was Game, aussi auteur du jeu Dungeon of Mandom. Devant le succès renouvelé de l'expérience, Kisaragi, qui a aussi proposé une réédition de Lola et une sortie cette année à Osaka (Kingdom of Fouls), s'est dit qu'il pouvait alors penser à une troisième boîte...

AEG va vous lessiver !

Sachant qu'AEG a décidé de sortir set après set, après set, après set, comme pour mieux exploiter, gentiment hein, les jeunes auteurs japonais sans le sou...

Pour ce retour de la vengeance, Kisaragi a demandé à Hisashi Hayashi, un auteur génial, disons-le une fois de plus, de participer au deuxième set.

Et, aucun doute sur la fin de l'histoire, Hayashi sait comment faire revivre une licence par déjà bien trop exploitée. Il faut dire que Love Letter n'a jamais vraiment été menacé par la sortie de Lost Legacy. On n'est vraiment pas dans les mêmes catégories. Les illustrations de Noboru Sugiura (terribles réflexes de la collectionnite aiguë, il vous sera difficile de résister à ce bel écrin, d'un rouge violent qui tranche avec les deux premières boîtes, plus subtiles. Allez donc lire cette interview que j'ai faite avec elle...) sont, comme toujours, belles à en perdre le nord et les cartes de bonne facture. Bref, pour ceux qui comme moi ont tendance à vite succomber aux beautés fugitives d'une artiste inspirée par le monde du jeu, je vous prie de céder à la tentation !

Lost Legacy 3, la sortie One Draw du TGM 2014.

Lost Legacy 3, la sortie One Draw du TGM 2014.

Un scoop ?

Avant d'avancer plus avant dans la critique de ce petit jeu, je vais vous donner un petit scoop : sachez que Kisaragi a pris la décision de profiter jusqu'au bout de l'attrait irrésistible qu'ont ses petites boîtes sur les joueurs comme moi et de sortir au prochain Game Market de Tokyo, une dernière boîte : l'ultime !

Mais là où le scoop prend tout son sens, c'est que cette boîte renfermera non pas une, non pas deux, non pas trois (je sens que j'ai une moustache qui me frotte le bout du nez et des envies de vous vendre des épluche-légumes), mais des tas de nouveaux sets... Je ne sais pas exactement quel sera le nombre de sets prévus mais ce qui est sûr, c'est que l'éditeur/auteur de chez One Draw a déjà fait appel à ses précédents collaborateurs pour réaliser ce projet. Mais tout ceci reste bien sûr entre nous. N'inquiétons pas AEG qui pourrait vouloir tirer sur le pis un peu plus encore.

Orb of Seduction and Eternal Grail ne sont pas des flims sur la fiantasie !

Dans cette nouvelle boîte, donc, on trouve comme d'habitude deux sets de 16 cartes. Il y aussi une carte promo qui a été inclue : la Princesse qui permet de remporter la partie automatiquement si elle est appelée pendant la phase d'investigation (portant le numéro 8, c'est un gros risque à prendre de l'avoir en fin de manche...).

Le premier set s'intitule, toujours avec beaucoup d'emphase, Orb of Seduction. Dans ce set principal (le second étant toujours considéré comme un bonus), la nouvelle mécanique s'appuie sur les cartes "X". Une grande partie des cartes proposent deux effets : un plutôt faible qui est déclenché s'il n'y a aucune ou une seule carte "X" jouée, un autre beaucoup plus fort généralement si plus de deux cartes "X" ont été jouées. Le petit souci que nous avons rencontré pendant nos parties, c'est que les joueurs essaient d'attendre le plus tard possible pour jouer ces cartes, paralysant ainsi un peu les effets les plus attendus, ceux qui donnent tout leur sel au set. L'effet de la carte X est intéressant mais peut-être parfois considéré comme accessoire d'un point de vue stratégique. Les cartes X permettent de prendre la première carte de la pioche, de la regarder et de l'ajouter aux ruines.

Malheureusement, la carte "Guardman" permet au joueur qui la joue de mélanger les ruines après l'y avoir intégrée... rendant la phase d'investigation compliquée avec toutes les ruines présentes en fin de manche. Malgré tout, le set fonctionne très bien et nous avons joué des parties où la stratégie prenait le pas sur le simple principe du coup de chance.

Je regrette cependant la présence de la carte "Red Herring" qui fait perdre un tour à un joueur... Dans un jeu qui ne compte que quelques tours, c'est une mécanique très frustrante. La carte "Serial Killer", magnifiquement illustrée par la talentueuse Noboru Sugiura, est folle mais géniale : vous allez essayer de deviner la carte de tous les joueurs. A chaque fois que vous visez juste, le joueur en question est éliminé ! Il faut cependant que deux cartes "X" aient déjà été jouées pour pouvoir activer cet effet. Portant le numéro 2, le choix d'appliquer son effet demande aussi de prendre des risques si l'on approche de la phase d'investigation.

Serial Killer !!

Serial Killer !!

Le deuxième set, appelé Eternal Grail, est encore plus intéressant parce qu'il crée du doute et demande vraiment une démarche calculatoire continue de la part des joueurs. La mécanique qui a été imaginée, avec brio, par Hisashi Hayashi, joue sur l'ordre des cartes jouées.

En effet, si certaines valeurs de cartes sont jouées ou non avant que vous ne jouiez votre carte, vous devrez la jouer face découverte ou cachée. En la jouant face cachée, vous en annulez l'effet mais surtout vous pouvez laisser croire aux autres joueurs que vous avez joué la carte Lost Legacy : Eternal Grail, toujours posée face cachée.

Un autre effet sympathique concerne la prise de décision risquée : si un joueur possède en main la carte Lost Legacy et la carte de valeur 1 "Queen", il remporte immédiatement la partie à moins... qu'un autre joueur ne montre la carte 3 "Cardinal" et là, c'est lui qui rafle la victoire ! Basé sur le doute, la tentation et l'installation de pièges, ce deuxième set apporte vraiment un souffle nouveau à une série qui commençait à s'épuiser.

De la conclusion, enfin, avant la prochaine boîte !

Cette troisième boîte est peut-être la plus intéressante de la série. Après quelques parties, une fois que les joueurs connaissent les cartes et leurs effets, le jeu prend une dimension stratégique très subtile et pour la première fois, vraiment, j'ai l'impression qu'un bon joueur sera avantagé pour la victoire. L'équilibre chance/stratégie me paraît plus équilibré. Le chaos, plus contrôlé. Le jeu reste accessible dès la première partie mais ce rééquilibrage, qui était moins présent dans les deux premiers volets, lui apporte un intérêt beaucoup plus important. La touche de Hayashi n'y est pas pour rien, Kisaragi étant beaucoup moins talentueux que ses pairs en termes de game design (Grimoria me semble être son seul véritable bon jeu en solo).

Pendant le Tokyo Game Market, le jeu était accompagné de deux sets de cartes promo. Pour n'avoir pas eu le courage de parcourir les 12 stands qui participaient au "rally" pour y recueillir un coup de tampon japonais, je ne suis parvenu à me procurer que le premier, moins joli dans la mesure où Noboru n'a, semble-t-il, pas participé à la création de ses illustrations.

Izobretenik

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

Je n'aime pas

À suivre chez les blogueurs...

Commentaires (5)

Default
sathimon
sathimon

Bonne nouvelle ce jeu est vraiment sympa. Merci à toi.

Izobretenik
Izobretenik

Sathimon, merci !

Pour Stamp Graffiti, je m'y mets dès que je le peux ! Ca ne devrait pas trop tarder.

sathimon
sathimon

Salut Izobretenik,

Merci de nous faire partager tout ce ci ! Merci aussi pour les scoops !!

Sinon auras-tu le temps de faire un petit truc sur Stamp Graffiti ?

Izobretenik
Izobretenik

"c'est la première fois, vraiment, que j'ai l'impression qu'un bon joueur pourra souvent battre des débutants dans Lost Legacy" (ce n est pas plutôt le contraire ?)

Ce que j'entends par là, c'est que ce nouveau volet de la série donne un jeu beaucoup plus subtil et moins dépendant de la chance. La chance reste présente mais de façon moins forte, je trouve. Un joueur malin qui connaît bien le jeu gagne plus souvent, même si le jeu est accessible à tout le monde dès la première partie. Je vais reformuler. :=)

morlockbob
morlockbob

on attendra de voir ce que la traduction nous fait de ce /ces jeu(x)

sinon, un petit doute dans le texte

"c'est la première fois, vraiment, que j'ai l'impression qu'un bon joueur pourra souvent battre des débutants dans Lost Legacy" (ce n est pas plutôt le contraire ?)